«Les routes d’Ulysse pour une critique de la violence»: odyssée théâtrale de Fabio Tolledi

  «Les routes d’Ulysse pour une critique de la violence»: odyssée théâtrale de Fabio Tolledi Chypre, Malte, Albanie, Turquie, Grèce, Italie: Le périple d’Ulysse le conduisit-il à sillonner les eaux qui baignent ces contrées, à y ancrer son navire, à y fouler leur terre? Certaines d’entre elles donnent encore à voir leurs blessures: ligne verte, fractures territoriales…

Certains de ces pays sont européens, d’autres pas encore et ne le seront peut-être jamais, tant la hantise de l’autre pèse encore tout son poids dans les relations euro-méditerranéennes. Mais ils sont tous Méditerranéens, possèdent tous le bien d’une même appartenance, d’une mémoire partagée par et au-delà des conflits, trempent tous dans une même mer, à la fois mythique et réelle, antique et contemporaine: la Méditerranée. Un tel héritage et de tels enjeux justifie pleinement la pertinence du projet, porté sur plusieurs mois, par La compagnie Astragali de Lecce.

C’est en effet avec des comédiens, des enseignants, des opérateurs culturels et des institutions partenaires de tous ces pays que le théâtre Astragali de Lecce a mené un travail de recherche et de création théâtrale sur le thème de la violence, de la guerre et de la paix en Méditerranée. Après plusieurs séminaires, rencontres, ateliers qui ont conduit les participants en Grèce et à Chypre (précisément sur la ligne verte), c’est à présent un workshop, organisé à Lecce et dirigé par Fabio Tolledi, qui clôt ce projet.

Ce long parcours itinérant et circulaire, à la mesure de la trajectoire poétique d’Homère, se déroule durant la dernière semaine de février. Des comédiens albanais, grecs, chypriotes, maltais et italiens y confronteront leur recherche et leur expression autour de thèmes qui caractérisent depuis toujours la Méditerranée et dont Ulysse est la figure emblématique: violence des guerres et des destructions, identités en souffrance, déchirement de l’exil, errance, problématique du retour et du pardon, etc. «Les routes d’Ulysse pour une critique de la violence»: odyssée théâtrale de Fabio Tolledi L’expérience d’Ulysse, qui est en même temps le triomphe et la défaite de la raison nous invite à méditer longuement sur les enjeux de la modernité, mais aussi sur notre propre existence. Une lecture des blogs des comédiens (Globs des comédiens) donne une bonne idée de l’implication de chaque acteur et de la réflexion collective suscitée par Fabio Tolledi. Ce travail multilingue et multuculturel se réflètera pleinement dans le spectacle final. «Ulysses gramophone-the Wake» est une création théâtrale fortement inspirée par des auteurs comme Homère, Joyce et Derrida. Joué par des acteurs albanais, grecs, chypriotes, maltais et italiens, ce spectacle recouvre pleinement la Méditerranée qu’il entend revisiter. Nathalie Galesne
(28/02/2007)

Related Posts

Fuir la guerre dans un cortège nuptial

27/06/2014

grande 110wwUn documentaire sur un faux cortège nuptial qui voyage d'Italie jusqu’en Suède pour venir en aide à cinq Palestiniens et Syriens qui fuient la guerre.

Venice, les oeuvres de Vedova dans le nouvel espace créé par Renzo Piano

06/10/2009

Venice,  les oeuvres de Vedova dans le nouvel espace créé par Renzo PianoInauguré et ouvert au public en même temps que la cinquième Esposizione Internazionale d'Arte aux Zattere : le dynamisme rêvé par le Maître vénitien disparu en 2006 est devenu réalité.

Donner à voir l’«Absence»

08/10/2007

Donner à voir l’«Absence» L’exposition «Assenza» (Absence) du photographe piémontais Max Bienati présentée lors du Festival International de photographie de Rome regroupe toutes les tribulations de l’artiste et de son œil engagé auprès de populations déplacées, réfugiées, étrangères à leur propre terre. Une série de clichés en noir et blanc qui laisse à voir «ce qui manque».