Persae, nouvel épisode du périple théâtral d’Astragali

  Persae, nouvel épisode du périple théâtral d’Astragali Astragali teatro n’est plus à présenter. La compagnie de lecce a fini avec le temps par se forger un nom, ou plutôt une véritable notoriété, celle d’une compagnie désireuse de repousser les frontières de la création en menant des expériences innovantes et chorales qui associent, en interdisciplinarité, d’autres formations du spectacle vivant en Europe et en Méditerranée.

Dès son acte de naissance en 1981, Astragali lance une intense activité de formation et de production théâtrale qui lui permet d’intégrer la programmation culturelle de la région Pouilles, et de concevoir dès 1992 les saisons théâtrales de l’ETI à Lecce. Avec “Rito Tragedia Rito”, Astragali propose une vaste réflexion sur le théâtre et ses pratiques et reçoit à Lecce des personnalités comme Sanjukta Panigrahi et Ragunath Panigrahi, Jerzy Grotowski, Eugenio Barba, Alessandro Fersen….

Grâce à l’arrivée de Marco Tolledi, il y a une quinzaine d’années, Astragali devient un lieu phare de la recherche théâtrale, où se croisent idées et formation (des centaines de jeunes y ont été formés), un lieu qui - sur le versant théâtral - jette les bases d’une forme de spectacle vivant s’exprimant comme autant de défis culturels. Ces spectacles, souvent mis en scène dans des espaces architecturaux éclectiques, désuets, oubliés, réinsufflent sur le territoire du Salento une énergie nouvelle.

Depuis, la compagnie Astragali n’a eu cesse de s’investir dans toutes sortes d’expériences de création originales, notamment avec d’autres pays méditerranéens. Ces derniers mois, c’est avec des comédiens, des enseignants, des opérateurs culturels et des institutions partenaires de Chypre, Malte, Albanie, Turquie, Grèce, Italie, Jordanie et Syrie que la Compagnie Astragali de Lecce a mené un travail de recherche et de création théâtrale sur le thème de la violence, de la guerre et de la paix en Méditerranée. Tout d’abord avec une création «Ulysses gramophone-the Wake», inspirée par des auteurs comme Homère, Joyce et Derrida et jouée par des acteurs albanais, grecs, chypriotes, maltais et italiens.

Ces mêmes thèmes, dont Ulysse est la figure emblématique, - violence des guerres et des destructions, identités en souffrance, déchirement de l’exil, errance, problématique du retour et du pardon… - ont également inspiré l’initiative « War Gifts » (1) qu’Astragali a mené en mars et avril derniers à Amman (Jordanie) et à Latakié (Syrie).

Lors du Festival international de théâtre d’Amman, en collaboration avec Alfawanees theatre et l’université de Amman, Astragali a organisé un atelier théâtral particulièrement intense avec un groupe de jeunes comédiens préalablement sélectionnés. Toujours en Jordanie, Fabio Tolledi a mis en scène avec des acteurs jordaniens, au théâtre Al Hussein Royal Theater de Amman, le spectacle « War Gifts » inspiré de la tragédie d’Euripide « Les troyennes ».

L’expérience s’est répétée en Syrie, ou après un workshop réalisé à Latakié avec des jeunes comédiens des l’instituts d’art dramatique de Damas et de Latakié, le spectacle « War Gifts » a eu lieu sur le célèbre site archéologique d’Ougarit. Enfin à la mi avril, toujours à Latakié, plusieurs hommes et femmes de théâtre (comédiens, critiques, metteurs en scène, professeurs de Damas, Athènes et Lecce) se sont rencontrés pour participer à une table ronde sur « Le corps de l’acteur, dramaturgies et espaces des théâtres en Méditerranée ».

En ce début de juillet, Astragali théâtre a regagné ses terres du Salento et s’apprête à donner à Marina di Andrano, dans le cadre de la programmation culturelle Salento Negroamaro 2007, un nouveau spectacle théâtral tiré de la tragédie grecque, avec des comédiens italiens, syriens, jordaniens, albanais et chypriotes.

Avec son adaptation et mise en scène de « Persée » d’Echyle, Fabio Tolledi ajoute une étape, un nouvel épisode à une recherche où l’antique et le contemporain se confrontent, où la tradition et modernité se télescopent pour mieux comprendre les ressorts d’une tragédie méditerranéenne lovée dans le destin d’hommes et de femmes qui voudraient enfin plier ce dernier.

(1)War Gifts a obtenu le soutien de la Fondation Anna Lindh Persae, nouvel épisode du périple théâtral d’Astragali 4,5,6 juillet à 21.30 à Marina di Andranno
début du spectacle près de la grotte verte
Cette initiative a reçu le soutien de la Fondation Européenne de la Culture

Nathalie Galesne

Related Posts

«Les routes d’Ulysse pour une critique de la violence»: odyssée théâtrale de Fabio Tolledi

28/02/2007

«Les routes d’Ulysse pour une critique de la violence»: odyssée théâtrale de Fabio TollediC’est avec des comédiens, des enseignants, des opérateurs culturels et des institutions partenaires de Chypre, Malte, Albanie, Turquie, Grèce, Italie que la Compagnie Astragali de Lecce a mené pendant plusieurs mois un travail de recherche et de création théâtrale sur le thème de la violence, de la guerre et de la paix en Méditerranée. Le spectacle final, «Ulysses’gramophone-the Wake, Last part», se tiendra à Lecce dans la nuit du 3 au 4 mars.

Les radiodervish à la recherche de Simurgh

11/03/2005

Les radiodervish à la recherche de SimurghLes Radiodervish naissent à Bari en 1997 d’une fusion artistique entre Nabil Salameh et Michele Lobaccaro, qui travaillaient déjà ensemble dans un groupe précédent, Al Darawish. Les différences culturelles de leurs origines ont donné vie à des chansons multilingues et multiculturelles, véritables petits laboratoires pour poser ponts et passages musicaux entre Orient et Occident. Ils seront en tournée en mars, en Italie et en Europe, pour la présentation de leur nouveau CD «In search of Simurgh».

Ecrire sur les murs…

08/10/2007

Ecrire sur les murs…Scrivilo sui muri (Ecris-le sur les murs) un titre pour ce film de Giancarlo Scarchilli en forme d’imprécation, de conseil, pressant, transgressif, mais plein de poésie à la fois.