DAR MED: Dialogue entre médias de la Méditerranée contre les phénomènes de radicalisation

DAR MED: Dialogue entre médias de la Méditerranée contre les phénomènes de radicalisationLe colloque “Dialogue entre médias de la Méditerranée contre les phénomènes de radicalisation”, organisé par l’Institut Paralleli, se tiendra à Turin ce mardi 3 décembre dans les locaux de la RAI (via Verdi 16), à partir de 9.30.

Ce rendez-vous public clôt le projet européen DAR MED. L’initiative a impliqué, pendant un an, 12 journalistes des deux rives de la Méditerranée ainsi qu’un groupe de chercheurs.

Ghetto, violence urbaine, attentats, repli identitaire, exclusion et marginalisation… en Europe et en Méditerranée, de profonds malaises ont produit, sur les rives sud et nord de la Méditerranée, des phénomènes de radicalisation, souvent instrumentalisés par les médias, à travers une kyrielle de simplifications, distorsions, occultation de la réalité.

Comment dépasser ces représentations tronquées pour mieux comprendre ces phénomènes? Et quelles sont les expériences concrètes de dialogue interculturel permettant de les contrecarrer?

Durant la rencontre, les journalistes nous feront part des résultats de leurs enquêtes, et des analyses qui en découlent.

Donatella Della Ratta, journaliste, spécialiste des médias arabes et coordinatrice de la recherche DAR MED dressera un panorama des plateformes web, blogs, et des nouveaux instruments d’information dans l’espace euro-méditerranéen.

L’après-midi sera également consacré à une table ronde intitulée “prévenir la radicalisation: medias, experts, opinions publiques des deux côtés de la Méditerranée”, durant laquelle journalites, magistrats et professeurs universaitaires interviendront.

Le projet DAR MED
En arabe, DAR signifie “maison” mais c’est aussi l’acronyme de «Dialogue Against Radicalistation». Med se réfère aussi bien à la MEDitérranée qu’aux MEDias. Ces deux termes synthétisent à eux seuls les objectifs, les contenus et les approches d’un projet européen coordonné par le Cospe ( www.cospe.org ) en partenariat avec Paralleli – Institut Euro-méditerranéen du Nord-ouest ( www.paralleli.org/ ), Babelmed ( www.babelmed.net/ ) et On Line/More Colour in the Media ( www.olmcm.org/ ). Promouvant le dialogue culturel entre des acteurs des médias, le projet DAR MED se propose donc de cerner pour mieux les combattre les principaux facteurs de radicalisation en Europe et en Méditerranée.

Activités de recherche, échanges professionnels, co-productions journalistiques, séminaires ont ponctué ce projet qui vise à encourager l’échange et la diffusion de bonnes pratiques, des resources et des compétences à travers le dialogue interculturel entre professionnels des médias de l’aire méditerranéenne.


(30/11/2008)

 

 

 

 

Info:  011 5229810 - 31

 

 

 

 

Related Posts

Sur les routes de l’anti mafias

03/12/2005

Sur les routes de l’anti mafiasLe FTM (Festival TransMéditerranée) et ses partenaires accueillent en France du 2 au 7 décembre la caravane anti mafias. Après l’Albanie, la Serbie, la Bosnie, la caravane sillonnera la Corse et la Provence avant de poursuivre son périple au Maroc.

La dernière mineure du Sulcis

20/11/2016

The last female miner of Sulcis | babelmed | women - migration - mediterraneanEn renversant la perspective, Dal profondo propose une sorte de récit du mythe de la caverne platonicienne inversé. Par ses plans sombres et lents, ses dialogues rares et essentiels, la réalisatrice Valentina Pedicini décrit le “monde souterrain” avec une épaisseur symbolique et affective qui rend la réalité superficielle inintéressante, artificielle, superflue. Babelmed

Pour beaucoup d’Italiennes c’est “Maintenant où jamais”

13/04/2012

Pour beaucoup d’Italiennes c’est “Maintenant où jamais”Cela fait des années qu’elle se bagarre pour les femmes et elle n’a pas l’intention de jeter l’éponge, car si Berlusconi n’est plus au pouvoir, le tort fait aux Italiennes, sur presque deux décennies, a fini par irriguer les mentalités et perpétrer les inégalités. Rencontre avec Stefanella Campana, une des fondatrices du mouvement “Se non ora quando”  à Turin.