«Enregistrer et sauvegarder le patrimoine immatériel», à Palerme

 

«Enregistrer et sauvegarder le patrimoine immatériel», à Palerme
«Enregistrer et sauvegarder le patrimoine immatériel»: troisième module de formation organisé par la RMSU. 22-23 février 2010, Palerme, Italie.
«Histoire orale, transmission de savoir-faire traditionnels : qu’est-ce exactement que le patrimoine immatériel et comment l’identifier correctement?» Ces questionnements seront au cœur du module de formation organisé à Palerme, les 22 et 23 février, dans le cadre du programme Euromed Héritage 4.

Le programme «Euromed Heritage» a pour ambition de contribuer au dialogue entre les cultures méditerranéennes, à travers la valorisation du patrimoine culturel. Il en est actuellement à sa quatrième phase, qui s’étend de 2008 à 2012 et couvre 12 projets, avec un budget de 17 millions d’euros.
L’objectif de cette quatrième étape est de permettre aux populations méditerranéennes de s’approprier leur héritage culturel national et régional, en facilitant l’accès à la connaissance des ces richesses, et en soutenant l’éducation. Une équipe d’experts internationaux, basée à Bruxelles ‐ la RMSU : Unité Régionale de Suivi et de Soutien ‐ fournit à l’ensemble des projets un soutien technique et gestionnaire, à travers des sessions de formation et des ateliers axés sur des questions patrimoniales.

Euromed Héritage 4 consacre toute une part de son action à renforcer les cadres législatifs du patrimoine culturel méditerranéen. Cette démarche est fondamentale pour mettre en place des politiques de sauvegarde efficaces et cohérentes. Les 12 projets couvrent des thèmes très variés, avec des dimensions tant matérielles qu’immatérielles : théâtres anciens, hammam, archives audiovisuelles, manuscrits et diversité linguistique… On citera ici, parmi d’autres, le projet «Medliher, Sauvegarder le patrimoine méditerranéen vivant», qui se consacre plus particulièrement au patrimoine «immatériel».

C’est sur ce dernier que se concentrera le module de formation organisé par la RMSU à Palerme ces prochains jours. Le concept est désormais bien connu des spécialistes, mais il reste problématique d’un point de vue «pratique». Les processus qui en permettront l’identification et la gestion restent à élaborer : comment recenser et organiser ce qui n’est pas tangible, concret ? Se pose également la question des méthodes à suivre pour le mettre en valeur, et des instances qu’il faudrait associer à ces projets.
Par ailleurs, si le patrimoine immatériel constitue une richesse culturelle immense, et une chance pour le développement tant humain qu’économique en Méditerranée, les risques de «folklorisation» ou de «muséification» ne sont pas négligeables. Et ce d’autant plus que dans nombre de pays méditerranéens, les structures et les programmes adaptés à ce type de patrimoine sont pour le moment totalement inexistants.
L’atelier «Enregistrer et sauvegarder le patrimoine immatériel» tâchera de former les participants aux outils et méthodes de sauvegarde, d’une part, et de gestion et de mise en valeur, d’autre part, de ce vaste héritage. Les participants travailleront autour d’un document de référence, la «Convention 2003 de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine immatériel». Fort heureusement, les travaux ne seront pas exclusivement théoriques: deux études de cas permettront d’analyser en acte les diverses problématiques. La première portera sur un projet développé à Las Palmas de Grand Canaria, autour de la sauvegarde et la transmission de l’histoire orale de la ville.
La seconde étude fera découvrir aux participants les théâtres de marionnettes siciliens. Ils pourront assister à un spectacle, puis rencontrer le marionnettiste. Ce type de représentation est l’une des expressions les plus anciennes de la culture sicilienne et reste aujourd’hui encore profondément enraciné dans la tradition locale.
Toujours à Palerme, les deux jours suivants (24 et 25 février 2010), une conférence régionale sera organisée autour de la participation de la société civile dans la valorisation du patrimoine méditerranéen. Avec une idée centrale: l’implication active de la société civile est la manière la plus efficace de sauvegarder cet héritage, et de favoriser le développement économique et humain en Méditerranée.
-
Plus d’infos :
Sur le module de formation :
«Enregistrer et sauvegarder le patrimoine immatériel» : troisième module de formation organisé par la RMSU. 22-23 février 2010, Palerme, Italie.
Informations : METTERE LO FILE «Communiqué de presse Palerme»
Programme prévisionnel : METTERE LO FILE «Programme»

Sur Euromed Heritage , le site, en français, en anglais, en arabe: http://www.euromedheritage.net/index.cfm?lng=fr

 


Marie Bossaert
(18/02/2010)

 

Related Posts

Le dernier numéro de Naqd sur le «terrorisme: Etats et sociétés»

21/02/2008

Le dernier numéro de Naqd sur le «terrorisme: Etats et sociétés»Le numéro 24 de la revue algérienne de critique sociale «Naqd» vient de paraître. Il est entièrement consacré à un thème d’actualité internationale: «le terrorisme: Etats et sociétés».

Cinq nouveaux médias en ligne à connaître au Moyen Orient

05/02/2016

cinq1 110Le monde arabe connaît une effervescence particulière sur sa Toile qui ne cesse d’accueillir de nouveaux projets médiatiques du Maroc à la Libye en passant par la Tunisie, l’Algérie, l’Egypte, le Liban, la Jordanie et la Syrie. Depuis deux ans le fonds Ebticar de l’Union européenne accompagne, à travers l’agence de coopération des médias CFI, 19 de ces initiatives innovantes retenues après deux appels à projets. 

L’Institut culturel rom européen verra le jour dans quelques mois

11/11/2015

rom euro 110La détermination finit souvent par l’emporter. Après plusieurs années d’efforts, les initiateurs de l’Institut culturel rom européen - les Open Society Foundations et l’Alliance pour l’Institut culturel rom européen - peuvent se réjouir : les 47 Etats membres du Conseil de l’Europe viennent formellement de soutenir sa création.