Evgenios Spatharis, jongleur d’ombres

  Evgenios Spatharis, jongleur d’ombres Evgenios Spatharis démarre son parcours artistique personnel en 1942 à Amarousion et à Athènes. Pendant plusieurs années, il parcourt l’étendue du territoire avec ses spectacles. Son activité, intense, lui apporte une notoriété qui passe rapidement les frontières du pays. En 1953, il se produit aux Etats-Unis (Carnegy Hall), puis au Canada et à Cuba… et finalement un peu partout dans le monde: Chypre, Belgique, France, Egypte, Italie, Allemagne, Danemark, Suède, Hollande, Russie, Iran…
En 1980, Spatharis crée au Danemark une école de théâtre d’ombres, qui poursuit aujourd’hui encore son travail de formation, sous la direction de ses anciens élèves. La même année, le Festival International de Théâtre d’Ombres à Paris lui rend hommage. Bien connu en France, il participe au Festival du Théâtre Méditerranéen joue ses créations à Lyon et à Bordeaux et fait l’ouverture du théâtre grec à Marseille. Evgenios Spatharis, jongleur d’ombres Ne délaissant pas pour autant l’initiation, Evgenios Spatharis réalise plusieurs stages de formation et de nombreux ateliers de pratique artistique, en Grèce et à l’étranger, destinés à des étudiants, des instituteurs ou de jeunes artistes.
Parmi ses autres activités, il participe à diverses productions de cinéma et de théâtre en tant que comédien, scénographe ou metteur en scène. Il écrit un livre intitulé Karaghiozis de la famille Spatharis. Il est le fondateur du Musée International de Théâtre d’Ombres en Grèce et expose à plusieurs reprises son travail de peintre en Grèce à l’étranger. Enfin, il crée le premier Festival de Théâtre d’Ombres en Grèce.
Actuellement, son dernier spectacle est en cours de création et sera un des axes du film. Il a pour sujet Spiridon Louis, héros national grec vainqueur du marathon des premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne. Evgenios Spatharis, jongleur d’ombres Ce marathon commémorait la légende de Pheidippides, l’homme qui, disait-on, avait porté la nouvelle de la victoire grecque à la bataille de Marathon en 490 av. J-C en courant sur tout le chemin. Après la victoire de Spiridon Louis, ce modeste berger fut vénéré en Grèce.
Il n’est pas surprenant que ce personnage ait inspiré Evgenios Spatharis. La dimension temporelle et universelle de l’exploit convient parfaitement à la liaison ancien-moderne que Spatharis veut donner au Karaghiozis. En effet, cette création relie la mythologie grecque à la fin du XIXe siècle - encadrée par un art du théâtre d’ombres qui a pris son envol entre ces deux époques - et qui résonne avec l’actualité de ce début de XXIe siècle. Une autre source d’inspiration pour Spatharis est sa ville originaire, commune à Spiridon Louis et à son Musée du Théâtre d’Ombres: Maroussi. Association Zoé

Related Posts

Festival du documentaire de Salonique

16/02/2004

Festival du documentaire de SaloniqueSalonique (Grèce) Du 15 au 21 mars 2004 Les images du réel sont à l’honneur dans ce sixième festival du documentaire, qui fait partie du plus célèbre festival du film de Salonique.

Musées en Grèce

05/05/2004

Musées en Grèce

Sur les traces du Karaghiozis

25/03/2004

Sur les traces du KaraghiozisHomme du peuple laid et bossu, aux mille métiers et aux mille misères, pauvre ainsi qu’en attestent ses vêtements rapiécés, imbattable dans l’art de se faire prendre pour un demeuré, Karaghiozis est le représentant du peuple opprimé qui saura par la ruse triompher des puissants. Il est le protagoniste du théâtre d’ombres grec. Aujourd’hui la Grèce redécouvre la richesse de cette tradition.