Fernando Beltrán, homme de la rue

  Fernando Beltrán, homme de la rue Fernando Beltrán, L'homme de la rue, traduit du l'espagnol par Augustin Gérard, L'Harmattan, 2004

"La poésie de Fernando Beltrán est une poésie amie, une poésie qui accompagne; on s'installe dans ses poèmes comme dans sa propre demeure, on se carre commodément dans ses vers, on se laisse soulever et emporter par un rythme agile et captivant. Cependant, quand il s'en rend compte, le lecteur a déjà entamé une inquiétante promenade de la conscience: il a connu un ravissement. C'est comme si nous nous réveillions d'un sommeil léger et que nous constations tout à coup que le monde autour de nous s'est transformé; son apparence n'a pas changé, mais des aspects auparavant inexplorés se révèlent brusquement à nous; nous sommes entrés en lui, et en retour nous comprenons que le sens de nos actes n'est déjà plus ce qu'il était... L’homme de le rue est le modèle complet de l'une des aventures poétiques les plus singulières de la carte poétique espagnole d'aujourd'hui. En ce début de siècle, tristement marqué par l'incapacité des êtres à vivre ensemble, la poésie de Beltrán se montre à nous tel un miroir pénétrant en lequel notre regard réfléchit l'urgente nécessité de se reconnaître responsable de soi-même et de ce qui incite et aide à construire... La poésie indiscrète de Beltrán jouit aujourd'hui d'une reconnaissance méritée. Le poète attend beaucoup de ses lecteurs: qu'ils vivent l'écriture, qu'ils la fassent poème".
Leopoldo Sánchez Torre Fernando Beltrán, homme de la rue Biographie
Fernando BELTRÁN est né à Oviedo (Asturies) en 1956. Il fonde, en 1980, avec d'autres poètes, le mouvement Sensismo qui rompt avec le courant culturaliste des années 70, en optant pour une esthétique de l'immédiat, la «poésie de l’expérience». Beltrán se fait connaître avec Aquelarre en Madrid (Barouf à Madrid), publié en 81, réédité en 98, qui devient l'emblème d'une génération et une œuvre typique de la movida.
Ses initiatives vont dans le sens d'une plus grande diffusion de la poésie: organisation de Rimas y Metros dans le métro de Madrid, manifestes, etc. A ce jour, il a publié une douzaine de recueils de poèmes. Sa poésie est traduite en plusieurs langues (par exemple, en français, dans l'anthologie Méditerranée, ombrageuse voyance, parue chez L'Harmattan en 2002). Extrait
Le coq de Bagdad

LA VILLE était incendiée
comme un immense arbre de Noël.
Comme si c’était un conte supplémentaire
des mille et une nuits.
Comme s’il y avait des enfants là-bas dessous
et que les cadeaux
leur tombaient du ciel.
Comme si entre serpentins
et feux de Bengale
trente papas Noël
avec traîneaux de fer
avaient décidé
que cette nuit était fête pour tous.

NOUS n’aimons pas tuer.
Nous sommes
par bonheur croyants,
par bonheur pleins
d’affection, par bonheur maîtres
des artefacts qui tuent par bonheur
seulement le pauvre
homme qui a croisé par malchance
un lieu stratégique

© Editions L'Harmattan, 2004

Related Posts

Les défis de la communauté gitane en Espagne, le pari des “chavales”

14/10/2015

Comunità gitane in Spagna, la scommessa degli “chavales” | babelmed | donne - migrazione - mediterraneoAlors que les problèmes de logement sont moins importants que par le passé, le souci majeur reste l'échec scolaire chez les jeunes gitans : 48,8% d'une population qui, selon de récentes estimations, compte un million de personnes.

Espagne : quand la santé devient un luxe

13/05/2013

santesp_110Alors que la situation en Espagne continue à se détériorer, les services publics sont les premiers à pâtir des coupes budgétaires. Dans ce contexte de crise économique, les populations les plus vulnérables sont de plus en plus marginalisées et exclues des droits fondamentaux.

L’Espagne vue par Mara, Fran et Jordi

10/03/2010

L’Espagne vue par Mara,  Fran et JordiDans un bar de Barcelone, trois amis se racontent, décrivant leurs peurs et leurs espérances, entre rage, art et engagement social.