Devenir Minoritaires, pour une nouvelle politique de la littérature

 

Devenir Minoritaires, pour une nouvelle politique de la littérature

En 1993, Christian Salmon fondait, avec l'appui de plus de trois cents intellectuels, le Parlement international des écrivains. Cette association avait pour objet d'organiser une solidarité avec les écrivains menacés, à travers un réseau de 31 Villes Refuges situées en Europe, mais aussi en Amérique latine, en Amérique du Nord et en Afrique. 10 ans plus tard, peu après le voyage très remarqué d’une délégation de plusieurs de ses écrivains en Palestine, le Parlement International des Ecrivains était dissout. Comment se justifie une telle décision? Pourquoi avoir saborder une si belle initiative? A quels enjeux est confronté aujourd’hui la figure de l’intellectuel et du créateur engagé?

«J'en suis revenu au bout de dix ans, écrit Salmon, de cette ambition de créer une organisation mondiale dont la légitimité reposerait sur un certain nombre de grands auteurs, de grands noms de la littérature. Une société au capital symbolique. Non pas une société anonyme mais un groupe d'Auteurs Connus, une association d'Illustres. D'ou le malentendu constant avec les médias: qui êtes-vous? D'où parlez-vous? Voilà les question de l'inquisition médiatique ! Nous sommes des ombres. Des ombres qui se déplacent guidées par des voix. À la recherche des voix. Comme on le fait lorsqu'on est perdu en forêt. Des ombres qui parlent à des ombres. Des voix qui s'interpellent dans l'obscurité. Pour écouter et entendre. Il faut devenir ombre! C'est vrai des individus, c'est aussi vrai des agencements collectifs. Voilà!
Nous allons perdre le nom de Parlement. Nous allons, comme dirait Deleuze, "défaire le visage", devenir imperceptibles. Tant pis pour les physionomistes du pouvoir et des médias. Nous entrons dans la clandestinité!»
À l'occasion du dixième anniversaire de sa création, le Parlement international des écrivains a décidé de s'autodissoudre.»
(lire aussi: "Ecrivains des frontières. Voyage en Palestine(s)", par Rania Samara)

Dans un dialogue intense avec Joseph Hanimann, Christian Salmon s’interroge sur faits, sens, héritage du Parlement international des écrivains. L’association, constituée il y a douze ans à Strasbourg, avait vu se succéder à sa présidence l’Anglo-indien Salman Rushdie, le Nigérien Wole Soyinka et l’Américain Russell Banks. Née dans l’urgence pour venir en aide aux écrivains menaçés de mort (la « fatwa » khomeiniste pesait alors sur Rushdie) à travers un réseau de villes refuges, l’expérience du Pie, lieu de parole transfrontalier et atypique pour des «députés » sans mandat représentant un peuple invisible, ne sera pas perdue. Pour Salmon, les temps qui courent imposaient une nette réorientation: un passage du capital symbolique, entièrement centré sur la valeur autoriale de grands noms, à des formes d’effacement et d’anonymat, un abandon de la posture de l’intellectuel engagé qui tonne et dénonce, dans le vacarme des media, qui permettrait de récupérer une qualité acoustique de l’écoute, de «devenir minoritaire» pour trouver dans l’opacité les instruments d’une nouvelle politique de la littérature.

Devenir Minoritaires, pour une nouvelle politique de la littérature
Christian Salmon

L’auteur
Christian Salmon est écrivain. Il dirige AUTODAFÉ, une revue internationale en 8 langues publiée à Athènes, Barcelone, Londres, Milan, Moscou, New-York, Paris, Porto,Vitoria (Pays-Basque). Il a fondé en 1993 le Parlement international des écrivains aujourd’hui dissout. Il a publié: À bâtons rompus avec Bohumil Hrabal. Entretiens (Critérion, 1991), Tombeau de la fiction (Denoël - 1999), Censure! Censure! (Stock - 2000). En Italie est disponible, outre l’ouvrage publié par Bollati Boringhieri, l’"Intervista con Milan Kundera" (Minimum Fax, 1999). Joseph Hanimann est correspondant culturel de Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Joseph Hanimann, Christian Salmon. DEVENIR MINORITAIRE . Pour une nouvelle politique de la littérature [2003]. Suivi de Un parlement imaginaire?, conversation avec Salman Rushdie, Wole Soyinka et Russell Banks

A l’occasion du passage de Christian Salmon à Rome sera projeté le film “Ecrivains des frontières. Un voyage en Palestine(s)” de Samir Abdallah et José Reynès (2003, 80’, ed. orig. Sott. It) avec le témoignage de Wole Soyinka, José Saramago, Breyten Brytenbach, Bei Dao, Russels Banks, Vincenzo Consolo, Juan Goytisolo, Christian Salmon, Leila Shahid. Christian Salmon à Milan, Parme et Rome
Milano
Samedi 15 janvier, à 17.00
Cineteca di Milan, Spazio Oberdan - Viale Vittorio Veneto 2 (MILANO)
Intervenants: Vincenzo Consolo et Maria Nadotti en présence de l’auteur.
Parma
Dimanche 16 janvier, omenica 16 gennaio, à 17.30 à la librairie “Passatopresente”
(Via Nino Bixio 51 - Parma)
Beppe Sebaste et Maria Nadotti participeront à la discussion avec le public en présence de Christian Salmon.
Roma
Lundi 17 janvier janvier, à 18.00
Bibliotèque Sarti (P.zza dell'Accademia di S.Luca 77)
En partenariat avec l’Ambassade de France
Avec la participation de Vincenzo Consolo en présence de l’auteur. Nathalie Galesne

Related Posts

Al-Mawardi, De l 'Ethique du prince et du gouvernement de l 'Etat

14/04/2016

almawa-110Dès les premières lignes de l’ouvrage traduit par Makram Abbès, professeur à l'ENS de Lyon, l'importance de la somme du juriste Al Mawardi (974-1058) ne laisse aucun doute. Il s’agit d’un livre de référence tant pour les spécialistes et les étudiants que pour les curieux en quête de culture arabe classique.

Lettre ouverte à Marcel Bozonnet

10/05/2006

Lettre ouverte à Marcel BozonnetVous venez de prendre la décision de dé-programmer la pièce de Peter Handke Voyage au pays sonore ou l'art de la question, qui devait être mise en scène début 2007 par Bruno Bayen. Cette décision surprend venant de vous qui avait ouvert les portes du Français à la littérature vivante; à des voix dissidentes, minoritaires, parfois même interdites. (Article à paraître dans Liberation)

Leila Trabelsi, épouse Benali, Régente déchue

02/02/2011

Leila Trabelsi,  épouse Benali,  Régente déchueIl aura fallu une révolution pour que la presse s’intéresse enfin à un petit ouvrage signé Nicolas Beau et Catherine Graciet: "La régente de Carthage", paru en 2009 aux Editions La Découverte dans la plus grande indifférence.