Rencontre avec Elias Khoury et Yousri Nasrallah

 

Rencontre avec Elias Khoury et Yousri Nasrallah
Elias Khoury

Le 30 juin à 18h00
A l’Alcazar, Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale
Débat animé par Pascal Jourdana, journaliste littéraire
Marseille, France

Depuis 2002, année de la première reprise de la Biennale des Cinémas arabes à Marseille AFLAM multiplie les lieux de projections et de rencontre autour du cinéma arabe.
En partenariat avec la bibliothèque de l’Alcazar, la rencontre avec l’écrivain libanais Elias Khoury annonce les «Ecrans des nouveaux cinémas arabes» (8/9/10 juillet), où sera projeté le film Bab El-Shams (La porte du soleil), adaptation du roman éponyme de l’écrivain.

La première partie de la rencontre de l’écrivain avec le public marseillais sera consacrée à l’ouvre littéraire d’Elias Khoury.
Le réalisateur Yousri Nasrallah rejoindra ensuite l’écrivain pour évoquer avec lui le travail d’adaptation à l’écran de son roman «Bab El Shams». Le succès de la traduction française de son roman (il s’est vendu à plus de 10 000 exemplaires en France) s’explique par le thème, abordé pour la première fois dans la littérature: la nakba (exil forcé des Palestiniens en 1948) et ses conséquences. Publié en 1998 et édité par Actes Sud en 2002, ce roman a obtenu le grand prix de la littérature palestinienne. Le film de Yousri Nasrallah est maintenant disponible en DVD. Antonia Naim

Related Posts

16ème SIEL de Casablanca

11/02/2010

16ème SIEL de CasablancaLa France au 16ème Salon International de l’Edition et du Livre de Casablanca (SIEL). Du 12 au 21 février 2010.

Rencontres d’Averroès: «Entre Islam et Occident, la Méditerranée?»

06/11/2008

Rencontres d’Averroès: «Entre Islam et Occident,  la Méditerranée?»La quinzième édition des Rencontres d’Averroès se tiendra, du 16 octobre au 9 novembre 2008, à Marseille autour d’une question ô combien cruciale: «Entre Islam et Occident, la Méditerranée?»

Mais il nous reste les mots…

19/11/2015

oumh 110Je n’ai pas senti l’odeur de la mort et des armes ni éprouvé la terreur de ces gens dont les corps se sont couverts du sang de ceux qui n’ont pas survécu, juste à côté d’eux. Je n’ai pas eu à courir, éperdue dans la rue, glacée par les détonations dans la rue derrière moi. Je n’ai pas eu à découvrir que j’avais perdu un être cher ce soir-là. Et pourtant, comme des milliers d’autres personnes, le monde autour de moi s’est ébranlé, de manière indicible et sournoise.