«Hommage à la Tricontinentale» à l’association Ishtar

  «Hommage à la Tricontinentale» à l’association Ishtar L'Association Ishtar et la librairie Ishtar, Paris, organisent tout au long de cette année un ensemble de manifestations culturelles et politiques pour rendre hommage au combat anticolonial et anti-impérialiste des peuples d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine et du monde arabe. Cet hommage est soutenu par un ensemble d'associations et d'organisations issues de la société civile comme le Centre de documentation internationale pour le développement, les libertés et la paix (CEDIDELP), le Cercle bolivarien, le Cercle Frantz Fanon, le réseau Thomas Sankara, la Zone d'écologie populaire, le Mouvement des indigènes de la république. Au programme : - Exposition d’affiches anticolonialistes (des mouvements de libérations nationaux et d’associations de solidarité) (avec le Centre de Documentation Internationale pour le Développement, les Libertés et la Paix – CEDIDELP)
- Exposition de documents historiques (livres et revues) (avec le Centre de Documentation Internationale pour le Développement, les Libertés et la Paix – CEDIDELP)
- Espace du Livre anticolonial (liste bientôt disponible sur simple demande)
- Cycle de conférence: Les Jeudis anticolonialistes


(24/03/2007)

Related Posts

Fatih Akin primé à Cannes

28/05/2007

Fatih Akin primé à CannesFatih Akin, réalisateur allemand d’origine turque et seul allemand sélectionné au 60ème Festival de Cannes s’est vu décerner hier soir le Prix du meilleur scénario pour son film De l’autre côté. Celui que la grande actrice allemande Hanna Schygulla, qui faisait son retour au festival, aime à comparer à un «jeune Fassbinder» reçoit ainsi sa deuxième grande récompense après L’Ours d’Or gagné à Berlin en 2003 pour Head On.

Liberté pour Tiba Mawali

28/11/2005

Liberté pour Tiba MawaliMascate. Le tribunal de première instance du très démocratique Etat d’Oman a condamné la première femme citée pour le Nobel dans le monde arabe à un an et demi de prison ferme. Depuis le 13 août, Tayba Mohamed Rachid Ma’ouli (orthographié Tiba Mawali) croupit en prison pour «violation de la loi sur les communications» dans un procès empreint d’irrégularités.