Jeannine Burny: Le jour s’en va toujours trop tôt. Sur les pas de Maurice Carême

  Jeannine Burny: Le jour s’en va toujours trop tôt. Sur les pas de Maurice Carême 1941. Une jeune fille de 16 ans rencontre le poète Maurice Carême lors d’un concours de diction. Depuis elle est en poésie, devenant, par la suite, la bien-aimée qu’il chante. C’est l’histoire de ce cheminement fait d’amour de la poésie et d’amour que Jeannine Burny donne à lire.
Qu’ils soient à la Maison Blanche à Anderlecht ou dans les sentiers du Payottenland, où Maurice Carême aimait se rendre pour écrire, à Orval, à Bruges, sur les routes et les sentiers de France, ils alimentent l’œuvre en images et meublent la mémoire de souvenirs. Jeannine Burny inspire le poète, relit avec lui ses textes, rectifie tel ou tel vers, retient un poème ou lui demande de le réécrire. Elle collabore de manière effective à la naissance de l’œuvre. Jeannine fait escorte à l’œuvre. Les atouts de cette grande lectrice : une solide culture artistique (musicale et picturale), une attention bienveillante à l’œuvre et une infatigable aptitude au travail. Mais sans doute, par-dessous tout, une aptitude à aimer qui va à l’encontre de l’adversité, de la mort même et qui lui fait choisir pour épigraphe cette irrésistible citation de Gabriel Marcel: «Aimer, c’est dire à l’autre, /Toi, tu ne mourras jamais».
L’intérêt de l’essai qu’elle publie aujourd’hui va au-delà du témoignage; c’est une somme de documents incontournables faisant l’exégèse de l’œuvre. C’est le carnet de route d’une œuvre retraçant l’amour des belles choses: la musique, la peinture, les paysages, les lettres et l’amour. Voici un ouvrage qui déborde de vie, qui portraiture Wolvens, De Boeck ou Delmotte dont on peut admirer les œuvres 14 avenue Nellie Melba à Anderlecht. 400 pages qui donnent à écouter Milhaud et qui font ressurgir les silhouettes de nombreux poètes venus à La Maison Blanche. En Belgique, la critique est unanime pour saluer la publication de l’ouvrage, juste hommage à une figure centrale des lettres belges : Jeannine Burny.




Jalel El Gharbi
(30/04/2007)

Related Posts

Le “Mur” de Simone Bitton

30/12/2004

Le “Mur” de Simone BittonOn a beaucoup parlé et écrit autour du documentaire de Simone Bitton, réalisatrice qui revendique depuis longtemps une double culture, juive et arabe. Faut-il s’en étonner? «Mur» raconte avec courage une des réalités les plus révoltantes du conflit israélo-palestinien.

Lampedusa

11/10/2013

lampedusa poesia 110

"Si ta main se ferme comme la pierre

Si ton olivier fait peur aux oiseaux

Si ta porte est un rideau de fer…"

(Poème exposé au Musée d’Archéologie à Lampedusa)

Interview d’Isabelle Lagny

14/03/2016

conan isa 110« La poésie est présente en permanence avec moi. J’ai un besoin de relire ou de traduire du matin au soir. Ecrire, c’est plutôt le matin tôt ou dans les moments où l’activité domestique ou professionnelle me laisse une fente de temps dans laquelle je me faufile. Je l’arrache à l’ordinaire ». Isabelle Lagny.