Aymen Hacen

Aymen Hacen Entretien avec Aymen Hacen. «Ce que serait le poème parfait»
«Pour moi, un texte, qu’il soit en vers ou en prose, qui ne peut être dit à haute voix, n’existe pas. J’impose ce diktat en écoutant hic et nunc Mahmoud Darwich réciter «Le poème de Beyrouth». La lecture libère le texte de l’emprise de la page. La lecture ressuscite le texte.»
Aymen Hacen TOCCATA
Aussi composai-je vélocement ce mot que j’expédiai aussitôt à AME: «J’appelle silence la parole ou du moins l’amour de la parole qui s’est tue avant de traverser l’espace et le temps pour devenir réalité. Alexandre». (Extrait de TOCCATA, nouvelle d’Aymen Hacen)
Aymen Hacen D’une gaucherie étoilée: Stellaire. Découverte de l’homme gauche
Aymen Hacen a l’art du dialogue, et chacun de ses poèmes, de ses textes critiques dont je suis la première lectrice, ou même entretien privé en témoigne. Stellaire repose sur cet élan de la parole qui ne fait cas du silence, pis encore qui l’aligne sur la «cécité», l’obscurité et la pauvreté spirituelle.
Aymen Hacen
Terre du milieu mère Méditerranée

Related Posts

Lettres de prison

24/07/2011

Lettres de prison On assiste aujourd’hui en Tunisie à une sorte de rétrospection générale. Littérairement, cela peut être illustré par le dernier ouvrage de Mohamed Salah Fliss Am Hamda Al Attel (littéralement oncle Hamda le portefaix)

La chute de Ben Ali et le triomphe de la révolution tunisienne

19/01/2014

tamek 110Le 14 janvier 2011, à l’instar de nombreux jeunes, Thameur Mekki arpentait le centre de Tunis avec des milliers de personnes. Il raconte cette journée particulière. Article publié dans le numéro de Janvier 2014 du Courrier de l’Atlas.

Surveillance des élections

10/11/2011

Surveillance des élections La Tunisie a obtenu pour la première fois de son histoire, l'acceptation de l'instance de la supervision des élections des représentants des entités juridiques, des organisations nationales de la société civile et des représentants des organisations internationales pour contrôler les premières élections libres.