Aymen Hacen

Aymen Hacen Entretien avec Aymen Hacen. «Ce que serait le poème parfait»
«Pour moi, un texte, qu’il soit en vers ou en prose, qui ne peut être dit à haute voix, n’existe pas. J’impose ce diktat en écoutant hic et nunc Mahmoud Darwich réciter «Le poème de Beyrouth». La lecture libère le texte de l’emprise de la page. La lecture ressuscite le texte.»
Aymen Hacen TOCCATA
Aussi composai-je vélocement ce mot que j’expédiai aussitôt à AME: «J’appelle silence la parole ou du moins l’amour de la parole qui s’est tue avant de traverser l’espace et le temps pour devenir réalité. Alexandre». (Extrait de TOCCATA, nouvelle d’Aymen Hacen)
Aymen Hacen D’une gaucherie étoilée: Stellaire. Découverte de l’homme gauche
Aymen Hacen a l’art du dialogue, et chacun de ses poèmes, de ses textes critiques dont je suis la première lectrice, ou même entretien privé en témoigne. Stellaire repose sur cet élan de la parole qui ne fait cas du silence, pis encore qui l’aligne sur la «cécité», l’obscurité et la pauvreté spirituelle.
Aymen Hacen
Terre du milieu mère Méditerranée

Related Posts

Tunisie: deux ans après la révolution il n'y a pas grand-chose à célébrer

28/01/2013

1_110_artDeux jours avant le deuxième anniversaire de la révolution tunisienne, le 12 janvier, un énième jeune chômeur s'est immolé par le feu en public, cette fois à Mnihla, un quartier pauvre et densément peuplé de la banlieue de Tunis. (Article publié dans Il Manifesto, le 15 janvier 2013)

Journal du Citoyen n°3

25/10/2011

Journal du Citoyen n°3La Tunisie s'avance à grand pas vers la démocratie, pour cela elle a du se doter de nouvelles structures. Ce troisième numéro dresse un premier bilan du processus électoral qui a mené les Tunisiens aux urnes.

«Premiers gestes. Jeune cinéma de Méditerranée»

02/02/2016

gestes 110Archipels Images organise avec Nachaz-Dissonances et Arts Distribution la manifestation cinématographique « Premiers gestes. Jeune cinéma de Méditerranée ». Projections, débats, ateliers… du 3 au 10 février au Rio et à Amilcar (Tunis), du 5 au 7 février à la Maison de la culture de Menzel Bourguiba. Tahar Chikhaoui nous en parle.