D’une langue à l’autre

D’une langue à l’autre Journal d'une traductrice
La traduction littéraire est une aventure qui met en jeu la sensibilité et l'intellect du traducteur. Sa façon de traiter le texte source, sa création du texte cible dépendent de sa manière de percevoir l'œuvre d'art, et de sa façon de vivre cette expérience esthétique qui l'implique dans le plus profond de son être: il doit assimiler le texte à traduire, l'adopter, le faire sien pour mieux pourvoir le recréer dans l'autre langue en lui redonnant le nom d'un autre.
D’une langue à l’autre
Traduire Duras, ou du seuil qui doit se faire sentir
Si l’arabe moderne traduit si bien ce que Duras dit, est-on sûrs en revanche qu’il sache traduire son dire, restituant toutes les subtilités de ce passage, chez elle, dans un no man’s land de la parole et de l’écriture?


D’une langue à l’autre

Détournement de langues
Rosalia Bivona
Pourquoi Fouad Laroui, auteur marocain à l’humour grinçant, tonique et confondant, à la fois tellement drôle, anecdotique et universel, n’a-t-il jamais été traduit en italien? Pourquoi ses romans, parés de toutes les séductions pour conquérir le lecteur italien n’ont-ils pas encore fait brèche dans le cœur d’un éditeur?»

Related Posts

"En attendant ma mort", de l’écrivaine syrienne Samar Yazbek

12/04/2011

Ce texte inédit parle de l’angoisse qui prend l’auteure à la gorge au cours des événements tragiques qui ravagent actuellement la Syrie. Rania Samara, traductrice de l’arabe vers le français, nous en propose la traduction.

Prix du Journaliste Méditerranéen 2014

23/10/2014

premio 110Babelmed est heureux d’annoncer que Federica Araco et Nathalie Galesne ont obtenu le Prix du Journaliste Méditerranéen de la Fondation Anna Lindh, dans la catégorie Spéciale, pour leur enquête « Lampedusa, la tragédie d’une île », réalisée en 2013.

Murs, Larmes et Zatar de Gianluca Solera

13/11/2007

Murs,  Larmes et Zatar de Gianluca SoleraGianluca Solera a écrit «Muri, Lacrime e Zatar» (Murs, Larmes et Zatar) pour s’acquitter d’une dette qu’il a contractée envers un peuple «à qui la paix est refusée depuis trop longtemps». Il nous entraîne en Palestine avec un témoignage émouvant qui fluctue entre le pèlerinage et l’enquête journalistique.