Cannes, côté sud (2004)

Cannes, côté sud (2004)
Sélection officielle
Deux films très attendues marqueront cette sélection officielle: La vie est un miracle d’Emir Kusturica (Bosnie) en compétition, et La porte du soleil (Bab el Shams) de Yousri Nasrallah (Egypte) hors compétition.
Cannes, côté sud (2004)  
Un certain regard ou la fin des rêves
Un autre film égyptien participe au festival, celui du grand réalisateur arabe, Youssef Chahine, déjà primé à Cannes pour son oeuvre, tandis que la rediffusion La bataille d’Alger du réalisateur italien Gillo Pontecorvo rompt le silence dans lequel l’avait confiné la France.
Cannes, côté sud (2004)  
La Quinzaine des réalisateurs et la Semaine internationale de la critique ou les à-côtés indispensables du festival
En marge de la sélection officielle, La Quinzaine des Réalisateurs est organisée par la Société des Réalisateurs de Films et s’attache à mettre en valeur le travail de jeunes réalisateurs venus du monde entier. Egalement parallèle au Festival de Cannes, la Semaine Internationale de la Critique s’est imposée comme un rendez-vous artistique de premier plan.

Dans les champs de bataille de Danielle Arbid
Mur de Simone Bitton
A Casablanca les anges ne volent pas de Mohamed Asli

Related Posts

Le projet HOST (Hospitality, Otherness, Society, Theatre)

26/11/2012

host_salento_110Salento(Italie)-Espagne-Grèce. Le projet HOST en appelle au théâtre et à la recherche sociologique pour raconter l’émigration d’hier et d’aujourd’hui, à travers les paroles des migrants et les yeux du Théâtre.

Bent Al Maiidi, la Mona Lisa du Moyen-Orient

09/11/2007

Bent Al Maiidi,  la Mona Lisa du Moyen-OrientDes années trente aux années soixante-dix, le tableau de Bent Al Maiidi a charmé l’imaginaire des Irakiens qui l’accrochaient dans leurs salons (...). La jeune fille, appelée aussi «Kigi Kavroch » en kurde, est sans nul doute le tableau le plus populaire dans les milieux pauvres.

«Bamako», le procès illustré de la misère africaine

03/01/2008

«Bamako»,  le procès illustré de la misère africaineLe long-métrage d’Abderrahmane Sissako ne ressemble à rien de connu. Mêlant le documentaire militant et la fiction légère, il entend être le «procès illustré» des responsables de la «misère de l’Afrique»: les pays industriels et leurs bras armés, le FMI et la Banque mondiale.