Appel: Pierre Etaix

Appel: Pierre Etaix
Pierre Etaix

 

Pierre Etaix, clown, magicien, dessinateur et cinéaste de génie est l'un des derniers dépositaires de la tradition burlesque telle qu'elle s'est construite sous l'impulsion de Buster Keaton puis de Jacques Tati dont il fut l'un des plus proches collaborateurs. Dans les années 60, Pierre Etaix réalisa cinq longs-métrages dont quatre, co-écrits avec son ami Jean-Claude Carrière.
Aujourd'hui, à bientôt 80 printemps, Pierre Etaix ne peut plus montrer ses films !!!
Pourquoi me direz-vous?


Et bien tout simplement parce qu'un imbroglio juridique insensé prive les auteurs de leur droits et interdit toute diffusion (même gratuite) de leurs films. Cette situation est inacceptable car elle condamne à l'oubli cinq longs métrages qui comptent parmi les plus originaux du cinéma français. (voir le dossier et les articles de presse à télécharger)

Comme Woody Allen, Guy Béart, Jacques Bonnafé, Arturo Brachetti, Cabu, Leslie Caron, Eugène Chaplin, CharlElie Couture, Louis Chedid, Yvan Dautin, Jérôme Deschamps, Nilda Fernandez, Christophe Malavoy, Gérard Majax, Franck Margerin, Daniel Mesguich, Yolande Moreau, François Morel, Michel Gondry, Gotlib, François Hadji-Lazaro, Bernard Haller, Gérard Jugnot, Mathieu et Peter Kassovitz, Gérard Krawczyk, Gilbert Laffaille, Maud Linder, Macha Makeïeff, Albert Marcoeur, Julia Migenes, Eddie Mitchell, Tom Novembre, Nicolas Philibert, Michel Piccoli, Anna Prucnal, Charlotte Rampling, Claude Rich, Shirley et Dino, Pierre Schoendoerfer, Claire Simon, Bruno Solo, Bernard Stora, Anne Sylvestre, Bertrand Tavernier, Philippe Torreton, Luce Vigo, Jaco Van Dormael, Lambert Wilson ainsi que des centaines d'artistes et de cinéphiles, manifestez vous aussi votre soutien à Pierre Etaix et Jean-Claude Carrière en signant la pétition en ligne accessible soit depuis le site:

www.lesfilmsdetaix.fr
ou directement ICI:
www.ipetitions.com/petition/lesfilmsdetaix/

IMPORTANT: vos signatures doivent absolument être enregistrées avant le 15 juin, date du dépôt de cette pétition.

 


 

PS:
Les cinq films invisibles de Pierre Etaix : Le Soupirant (1963), Yoyo (1964), T ant qu'on a la santé (1965), Le grand amour (1968), Pays de cocagne (1969).

Nous vous demandons de ne pas réécrire ou modifier le texte si vous décidez de le ré-expédier.

 



marie claude bénard
6 rue sedaine
75011 paris
08 70 69 58 65
01 40 21 85 76
06 03 38 38 22

richard.sprang@free.fr
http://richard.sprang.free.fr
Tel: 04 67 54 44 10
Portable: 06 83 888 116

 


 

(12/06/2008)

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Allô identité, bobo!

20/03/2014

atlas1-110Jeunes beurs revendiquant leur identité de ‘blédards’, bourgeoisie arabe apparemment intégrée, nouveaux arrivés rescapés de conflits qui font rage à quelques heures de Paris… Que de façons de vivre son arabité. A plus forte raison quand la pathologie s’en mêle. Récits.

Amours Rebelles. Quels choix pour les femmes en Islam?

26/09/2005

Amours Rebelles. Quels choix pour les femmes en Islam?Behja Traversac propose une réflexion à partir de récits de vie, d'expériences ou d'autres formes de témoignages et nous entraîne, ce faisant, sur les pas de quelques femmes qui arpentent les sentiers défendus des mariages interconfessionnels au Maghreb.

Identité et modernité, les voyageurs égyptiens au Japon de Alain Roussillon

03/05/2005

Identité et modernité,  les voyageurs égyptiens au Japon de Alain RoussillonAu dix-neuvième siècle, c’est l’Europe et plus particulièrement la France qui attirent l’auteur d’une des plus cocasses relations de voyage: l’Egyptien Tahtâwî. Celui-ci légua à ses lecteurs un traité sur Paris, y glissant ses réflexions sur la démocratie, les mœurs, le rôle de la presse, l’activité culturelle et scientifique de la France de 1830. Quelques décennies plus tard, les Egyptiens se déplacent plus volontiers vers l’Extrême-Orient que vers l’Occident. Parmi les pays du soleil levant, le Japon constitue pour eux un modèle fascinant, l’accomplissement d’une modernité triomphante qui n’aurait pas englouti l’identité de son peuple. A lire, sur la question, le surprenant essai d’Alain Roussillon.