Marseille, sur les pas d'Istanbul

Marseille, sur les pas d'Istanbul
Adam-et-Eve-©Zeynep-Inal
En 2007, à Marseille, le festival de musique des Suds, la Fiesta, donnait carte blanche à des artistes d'Istanbul, capitale européenne de la culture en 2010. Deux ans plus tard, grâce à cette manifestation, la France vit à nouveau à l'heure d'Istanbul. Et montre quelques facettes d'un projet sans frontières: Eurasia.
La saison de la Turquie en France avait été voulue par Jacques Chirac. C'est sous la présidence d'un chef d'état farouchement opposé à l'entrée de la Turquie en Europe que ce festival, composé de 400 événements, se déroule dans toute la France depuis juillet. A Paris, son inauguration récente au Grand Palais a été un exercice obligé que Nicolas Sarkozy a voulu discret. Les relations diplomatiques entre les deux pays sont particulièrement tendues. Les liens, les échanges culturels eux n'ont jamais été aussi forts. A Marseille, la fiesta des Suds offre depuis dix ans sa scène aux artistes turques. "Istanbul est une des grandes capitales musicales oubliées. Inviter ses acteurs, construire des soirées avec eux, c'est une volonté de notre part. Est-ce que ça a un sens politique? Certainement." affirme Bernard Aubert, directeur artistique de la Fiesta des Sud, depuis ses débuts en 1991. En 2007, le groupe Babazula faisait résonner son "oriental dub", Techno Roman Project mixait musiques roms et sons électroniques autour du clarinettiste Selim Sesler. Cette année, la Fiesta a invité les artistes d'"Eurasia". "On ne veut pas s'inscrire dans le sillon de la musique traditionnelle mais plutôt explorer ce qui émerge."

Peace and love
A Marseille, Relatif Yann y contribue. Ce Dj marseillais a découvert la scène stambouliote, il y a une dizaine d'années. Des connexions se créent, des sons s'accordent, des voix se mélangent. La rencontre avec le producteur turc Minas Bashekim, un personnage "clef" sur la scène des musiques actuelles en Turquie, marque une date importante. "C'est depuis cette époque qu'il y a un vrai rapprochement entre Marseille et Istanbul, entre Dj’s d'ici et de là-bas." C'est naturellement qu'il a soutenu et rejoint le projet Eurasia, conçu par Minas Beshekrim et Baris K, un Dj d'Istanbul. "Eurasia, c'est un projet qui permet la rencontre de musiques d'aujourd'hui et d'hier, mais sans nostalgie, sans ironie. Dans les années 70-80, en Turquie l"anatolian pop" était un vrai mouvement musical, d'une grande richesse", explique Minas Beshekrim. Les jeunes Dj's mixent de vieux morceaux psychédéliques et sont intarissables sur cette culture. Ils font redécouvrir des groupes mythiques, comme Derdiyoklar, un des invités de la soirée "Eurasia". Le look n'a pas changé. Le discours non plus: peace and love. Les soirées estampillées "Eurasia" fleurissent désormais un peu partout d'Istanbul à Berlin, en passant par les Transmusicales de Rennes , en décembre prochain.
Marseille, sur les pas d'Istanbul
Derdiyoklar.©Emmanuel-Vigier

Un savoir-faire pour 2013
Les connexions Marseille-Istanbul ne vont pas s'arrêter là. Comme Istanbul en 2010, Marseille sera capitale européenne de la culture en 2013. "Il faut continuer de partir à la rencontre." Pour 2013, Bernard Aubert a imaginé une année de musique, qui traverserait la Méditerranée. 13 villes, 13 ports, 13 lieux . "On peut inventer des jumelages, des programmations communes. Dans ce projet, Istanbul sera bien entendu un axe fort. Et Marseille devra montrer et assumer son rôle de carrefour du Sud." Le prochain rendez-vous de la saison de la Turquie à Marseille, entre le 16 et 20 novembre, porte en lui ces promesses. Il s'agit d'une création, à la Cité de la Musique, de deux troubadours, le marseillais Sam Karpienia et le stambouliote Ulas Özdemiroi: "Chants d'amour mystiques et profanes." Un spectacle en deux chapitres. La deuxième partie sera jouée au printemps 2010 à Istanbul. Entre Marseille et Istanbul, loin d'une orageuse diplomatie, la conversation se poursuit.

Emmanuel Vigier
(26/10/2009)



Liens:
http://www.dock-des-suds.org/
http://www.saisondelaturquie.fr/
http://www.myspace.com/babazula
http://www.myspace.com/technoromanproject
http://www.saturnmuzik.com/eurasia.html
http://www.myspace.com/baris_k
http://www.derdiyoklar.de/
http://www.myspace.com/wwwmyspacecomrelatifyann








Related Posts

«Bamako», le procès illustré de la misère africaine

03/01/2008

«Bamako»,  le procès illustré de la misère africaineLe long-métrage d’Abderrahmane Sissako ne ressemble à rien de connu. Mêlant le documentaire militant et la fiction légère, il entend être le «procès illustré» des responsables de la «misère de l’Afrique»: les pays industriels et leurs bras armés, le FMI et la Banque mondiale.

La cuisine arabo-sicilienne et le pasticcio de Mohammed ibn Timnah

30/10/2003

pasticcio_110L’expression la plus remarquable de cette symbiose culinaire demeure le pasticcio de Mohammed ibn Timnah, Emir de Catane.

Plongée dans les psychés brisées

06/09/2016

folie-110"Ce qu'il reste de la folie" de Joris Lachaise. Personne ne veut s'aventurer dans le « chaos mental » de ceux que l'on appelle les fous et personne n'aime reconnaître son impuissance face aux mauvais tours que peut nous jouer notre cerveau. Joris Lachaise a osé regarder dans les yeux la maladie mentale avec son dernier documentaire tourné dans l’hôpital psychiatrique Thiaroye de Dakar entre 2011 et 2014.