Noir...Blanc...Couleur, par Rabab Nemr

  Noir...Blanc...Couleur,  par Rabab Nemr Artiste égyptienne, Nemr s’est diplômée à la Faculté des Beaux Arts d’Alexandrie en 1963. Elle obtient en 1977 un doctorat aux beaux arts de l’Académie de San Fernando de Madrid. Elle est membre du syndicat des artistes des beaux arts, de l’Atelier du Caire et de l’Atelier d’Alexandrie. Elle a été, en outre, directrice du département des Arts Plastiques au Palais de la Culture d’Alexandrie.
Nemr a participé à de nombreuses expositions de groupes en Egypte et à l’étranger (Jordanie, Bulgarie, Koweit, Inde, Qatar& Roumanie), ainsi qu’à des expositions nationales annuelles au Caire et à Alexandrie. Noir...Blanc...Couleur,  par Rabab Nemr Les travaux de Nemr sont exposés au Tito Museum en ex-Yougoslavie, au Centre Culturel égyptien de Paris, au Musée d'Art moderne en Jordanie et au Centre de Conférence internationale au Caire. Elle vit et travaille actuellement à Rome et au Caire. Parmi d’autres expositions auxquelles Nemr a participé on peut citer Forces of Change, Artists of the Arab World, The National Museum of Women in the Arts, Washington, DC, 1994, et pour ses expositions personnelles: Akhnaton Gallery, Cairo, Egypt, 1988. Abyia Gallery, Kuwait City, Kuwait 1988. Palace of Cultural Gallery, Al-Arish, Seif Wanly Gallery, Alexandrie, Ragab Papyrus Gallery, Le Caire et Akhnaton Gallery, Le Caire, 1987.& the Akhnaton & Ragab Papyrus Galleries, Le Caire, 1984, Palace of Culture and the Muhammad Nagy Galleries à Alexandrie, 1984. Noir...Blanc...Couleur,  par Rabab Nemr Son travail très personnel et subjectif ne s’appuie par sur l’observation directe mais plutôt sur un dialogue entre la nature et les impressions que le sujet en retire. Lors d’une récente interview avec Al Ahram Weekly elle décrivait en ces termes son propre processus de création: "J’ai toujours peint de mémoire. Je rassemble les images que j’ai en mémoire pour qu’elles coïncident avec chaque peinture (…). Je tiens des conversations sans fin avec les formes de mes peintures, et j’arrête de peindre seulement quand elles me demandent de cesser de les solliciter.Peindre est comme composer une symphonie: vous ne pouvez jamais savoir ou cela vous conduira. Quand quelqu’un passe devant mes peintures trop rapidement j’ai l’impression qu’il ne s’est pas assez impliqué pour les apprécier totalement : qu’il n’a pas eu assez de temps pour entrer dans la peinture, pour entrer dans un dialogue intérieur avec l’œuvre…..." Catherine Cornet
________________________________________________________________

Related Posts

Le Caire : Diversités électroniques

13/11/2015

lecaire0 110Chaos apocalyptique des bruits que plaque soudainement le silence, Le Caire est la ville de tous les sons. Depuis l’avènement de l’electrochaâbi, ou mahraganat, la musique électronique y foisonnent. Paul Herinx nous entraîne dans une étonnante constellation sonore. Pulsation de lieux, labels, artistes, musiques… à découvrir dans le reportage de ce jeune lauréat du concours JJEM – Jeunes Journalistes en Méditerranée.

«Retour à Hansala», un grand film sur les naufrages des migrants

16/12/2008

«Retour à Hansala»,  un grand film sur les naufrages des migrantsLa réalisatrice espagnole Chus Gutiérrez a su filmer la douleur, le deuil, le désespoir et la misère de gens démunis que seule la dignité habille. C’est ce qui lui a valu la pyramide d'or du Festival international du film Caire.

30e édition du Festival international du film du Caire

11/12/2006

30e édition du Festival international du film du CaireS'il y a quelque chose que les festivals du film de Marrakech ou de Dubaï ne peuvent enlever à celui du Caire, c'est bien son public et l'amour exubérant mais néanmoins authentique que vouent les Egyptiens au glamour, aux paillettes et à la star mania. Et c'est bien ce qu'est venu confirmer la 30e édition du Festival international du film du Caire qui s'est tenue du 28 novembre au 8 décembre derniers.