Gazbia Sirry à la Galerie d’Art Zamalek

 

Gazbia Sirry à la Galerie d’Art Zamalek

Née au Caire en 1925, Gazbia Sirry poursuit des études aux Beaux-Arts et devient professeure à l’Université de Helwan. Elle est considérée comme l’une des principales artistes plasticiennes égyptiennes, avec une carrière de plus de 50 ans derrière elle. Riche et diversifiée, son oeuvre est caractérisée par une extraordinaire versatilité. Il semble, en effet, difficile de confiner Gazbia dans une quelconque école, même si ses coups de pinceaux vivaces et courageux se rapprochent du néo-expressionisme.

Gazbia Sirry à la Galerie d’Art Zamalek
Gazbia Sirry

Forte d’une trajectoire comprenant plus de 50 expositions personnelles - de Paris à Washington, de Venise à Sao-Polo, de Koweit-City à Tunis, de Dakar à Stockholm en passant par Pékin-, des commandes officielles passées par les plus grands musées internationnaux, des prix officiels, des bourses d’études, et des chaires universitaires, Gazbia continue de peindre pour l’amour de l’art, une manière d’exprimer ses joies et ses peurs que Mokhtar El Attar décrit ainsi: «Elle ne peint pas, mais jette plutot son âme, son talent et son intelligence sur la toile. Elle est née pour être la conscience de la nation, avec ses espoirs et ses douleurs, ses joies et ses peines.» Rédaction Babelmed
(07/02/06)

Related Posts

Paris, librairie arabe de Maud Leonhardt Santini

12/09/2006

Paris,  librairie arabe de Maud Leonhardt SantiniParis, librairie arabe évoque une présence intellectuelle étrangère qui laisse des traces dans les rues de la ville: l’Institut du monde arabe en est probablement le signe le plus monumental. Il y a également les objets qui accompagnent ces intellectuels, depuis Beyrouth, Le Caire, Damas, Bagdad jusqu’à la ville refuge et le livre en est le plus emblématique.

La série de Ramadan “Le Quartier juif” ‘montre la naissance du sectarisme en Egypte’

07/07/2015

juif mad 110Cette année, la série télévisée de Ramadan «Le Quartier juif » fait les gros titres de la presse égyptienne et internationale. Se déroulant entre 1948 et 1954, cette création du scénariste Medhat El-Adl traite de l’histoire d’amour entre une israélite et un officier musulman du Quartier juif, secteur du vieux Caire abritant alors juifs, chrétiens et musulmans. (Ebticar/Mada Masr)

«Quel est l’intérêt d’écrire si je ne peux pas m’adresser aux lecteurs du monde arabe?»

31/07/2008

«Quel est l’intérêt d’écrire si je ne peux pas m’adresser aux lecteurs du monde arabe?»Mona Eltahawy, éditorialiste égyptienne primée et conférencière spécialiste des questions arabes et musulmanes, explique pourquoi elle a décidé de devenir journaliste d'opinion.