Le profil grognon de Cléopâtre…

  Le profil grognon de Cléopâtre… Il s’agit d’une bien triste nouvelle pour les amoureux des amoureux…La récente découverte à Newcastle upon Tyne au Royaume-Uni, d’une pièce de monnaie frappée par Marc Antoine afin de célébrer ses victoires en Arménie en 32 avant J.-C. révèle de piètres traits de Cléopâtre comme de son amant romain, Marc Antoine. Les deux amants mythiques qui ont inspiré les adaptations cinématographiques les plus glamours –chacun se souvient du couple séduisant formé par Liz Taylor et Richard Burton- ou des chefs d’œuvres dramatiques de Shakespeare ou Delacroix étaient…Laids. Le profil grognon de Cléopâtre… Clare Pickersgill, la vice directrice des musées archéologiques de l’Université de Newcastle interviewée par le quotidien britannique The Guardian retrace l’histoire de ce malentendu esthétique: «L’imaginaire populaire se rappelle de Cléopâtre comme d’une reine superbe adorée par les politiciens et les généraux romains pour sa beauté. En réalité les récentes recherches autour de cette pièce de monnaie suggère qu’elle devait posséder beaucoup plus que la beauté». Cette ferveur populaire que Pickersgill attribue à l’influence des orientalistes du 19ème siècle serait néanmoins assez récente: «les auteurs de l’âge classique la décrivent comme intelligente et charismatique et dotée d’une voix séductrice. Mais il est intéressant de noter qu’ils ne faisaient pas grand cas de sa beauté».
Les amoureux de tous les pays devront donc se faire une raison, sur la pièce de monnaie de Newcastle: «la reine égyptienne a un profil grognon alors que Marc Antoine a des yeux globuleux, un nez crochu et un cou de taureau». De quoi changer la face du monde… Catherine Cornet
(14/02/2007)

Related Posts

Hommage à nos mères

06/03/2009

Hommage à nos mèresIl y a longtemps que le «Courrier de l’Atlas» voulait rendre un hommage particulier aux femmes de la première génération. Celles qui sont arrivées dans un pays dont elles ne connaissaient pour la plupart ni la langue ni l’histoire.

Portrait d’un kamikaze peu ordinaire

17/01/2006

Portrait d’un kamikaze peu ordinaireL’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 se poursuit, impitoyable, à Guantanamo et ailleurs. Ce qui a pu se passer dans l’esprit de cette vingtaine d’obscurs kamikazes, dont les portraits, quatre années après leur mort, ressemblent encore à des portraits-robots, grossiers et éphémères, n’intéresse que les romanciers. Le dernier roman de Salim Bachi, Tuez-les tous, est une puissante plongée dans la conscience, à la fois confuse et lucide d’un kamikaze imaginaire et pourtant si réel, Seif El Islam.

Création en ébullition

03/01/2012

Babelmed vous souhaite une excellente année et vous invite à la lecture du premier cycle d’enquêtes de ce 2012 sur «L’émergence des nouvelles formes d’expressions culturelles et artistiques dans les pays arabes».