Le Trio Joubran | Hannane Bouzidi
Le Trio Joubran Imprimer
Hannane Bouzidi   
 
Le Trio Joubran | Hannane Bouzidi
Le Trio Joubran, (photo Jerome Conquy)
Histoire d’amour, entre terre et volutes
Originaire de Nazareth, en Galilée, Samir Joubran, virtuose du oud déjà consacré dans le monde arabe, accède aujourd'hui à une reconnaissance internationale.
Dès sa naissance, en 1973, la musique est déjà présente dans la famille: son père, Hatem, est un fabricant de 'Oud connu dans le monde arabe, et sa mère a chanté dans un ensemble Muashahat.
Initié au 'Oud par son père dès l'âge de cinq ans, il entre à l'Institut de Musique de Nazareth à neuf ans, avant de terminer ses études au trés fameux Conservatoire Muhammad Abudl Wahhab du Caire. Samir Joubran est le premier musicien à avoir reçu une bourse de deux ans à Italy Pontedera (2003-2004), grâce au Programme d'asile des écrivains organisé par le Parlement International des Ecrivains.
Le son de son luth s’est propagé dans plusieurs festivals de musique arabes et internationaux : l'Opéra du Caire, le Festival International de Jarash en Jordanie, le Festival Muscat d'Oman, la Semaine palestinienne de Qatar, ainsi qu'en France, en Grande Bretagne, en Suède, en Italie aux Etats-Unis et au Canada.
Musicien de talent, pour qui la tradition n’est pas un étau mais un terreau, il a été choisi par d’autres artistes renommés pour participer à des projets. Mahmmoud Darwish invite à donner en sa compagnie des représentations originales, où se mêlent paroles du poète et mélopées du Oud, notamment au Festival du Printemps de la Palestine en France en 1996. Le cinéaste Rashid Masharawi lui fait signer la bande originale du film Ticket to Jerusalem en 2002 puis c’est au tour du cinéaste français François Dupeyron de retenir trois titres de l’album Tamaas pour la bande originale de son film Inguélézi (2004).
Il tourne en ce moment avec la création La Madâ'a des chorégraphes contemporains Héla Fattoumi et Eric Lamoureux, dont il a composé la musique.

Wissam
Wissam est né 1983. Initié au 'Oud dès son plus jeune âge par son grand frère Samir , il a participé à de nombreux festivals locaux et internationaux, dont le Printemps de Palestine en France en 1997.
Wissam, 22 ans, qui a hérité de la vocation de son père Maître luthier, témoigne d’un don remarquable pour l’improvisation et les transitions intelligentes et harmonieuses entre les Maqamat arabes. Pour parfaire ses connaissances de Maître Artisan, il suit l’enseignement de l'Institut Antonio Stradivari en Italie. Samir & Wissam ont commencé à tourner hors du Moyen-Orient en août 2002, leur réputation n'a cessé de croître au fil des concerts en Europe, au Canada et au Brésil. Leur premier album "Tamaas", paru sur le label daquÌ en 2003, est un chef d'œuvre, témoignage de leur connaissance intime de la musique et de l'histoire de leurs instruments, et de leur formidable talent d'improvisateurs.

Adnan
Leur plus jeune frère, Adnan, considéré comme un prodige par ses frères aînés, a fait ses débuts sur la scène internationale en Octobre 2004, lors des représentations de la création La Madâ'a de la compagnie Fattoumi – Lamoureux.
Le Trio Joubran | Hannane Bouzidi
Le Trio Joubran, (photo Jerome Conquy)
Le Trio Joubran
Pour les trois frères, unis par leur musique, et plus encore par leur fraternité et leur humanité, le trio semble aujourd’hui une étape logique. Ils se produisent sur un répertoire mêlant compositions personnelles et improvisations sur des pièces écrites classiques ou traditionnelles arabes qui, chantent, imperceptiblement leur terre natale. Etienne Bours, dans Répertoire le rappelait: “Avec une maîtrise et une connaissance manifeste des maqam traditionnels, les deux frères s'autorisent une relecture subtile de cette imposante tradition (...) Ils y invitent des silences éloquents qui semblent souligner les traces de l'histoire. (...) C'est de musique arabe qu'il s'agit, mais c'est la Palestine qui se joue ici. Sans qu'il soit besoin de discours. La force de la musique, la vie qui en émane, la dignité qu'elle affiche sont d'une éloquence rare.” Hannane Bouzidi
mots-clés: