Les murs perdus d’El Seed | inkyfada, Lilia Blaise, Ebticar Media, graffiti
Les murs perdus d’El Seed Imprimer
Lilia Blaise   

Portrait publié dans Inkyfada, magazine web tunisien créé par une équipe de journalistes, développeurs et graphistes (soutenu par Ebticar Media).

Les murs perdus d’El Seed | inkyfada, Lilia Blaise, Ebticar Media, graffiti

El Seed, graffeur franco-tunisien, s’est fait connaître en Tunisie en graffant un verset du Coran sur le minaret d’une mosquée à Gabès. L’artiste, dont le travail appelle à la tolérance, a parcouru pendant quatre semaines la Tunisie et a laissé sa trace sur des lieux oubliés du paysage, qui ont une valeur émotionnelle ou historique pour la Tunisie.

//La carte des villes et villages parcourus par El Seed. Crédit: Livre Lost Walls.La carte des villes et villages parcourus par El Seed. Crédit: Livre Lost Walls.

Un graffiti à moitié effacé à coups de pierre : l’œuvre du graffeur El Seed sur le site de Star Wars à Onk el Jmel n’a pas été du goût de tous. « On m’a fait pas mal de commentaires sur le fait que j’avais vandalisé le lieu… Mais finalement le fait qu’ils aient eux-même tenté d’effacer le tag, c’est aussi une manière de se réapproprier l’œuvre et le lieu. » Dans son livre Lost Walls, qui retrace son parcours en Tunisie, un mois sur la route, El Seed explique qu’il trouve « offensant qu’on limite notre héritage culturel au site de Star Wars ». Pour lui, la valeur de la région ne se limite pas seulement à cet endroit et c’est en dessinant sur le site qu’il s’est réapproprié cet espace et son histoire. 

Si l’initiative n’ a pas plu à tous, la démarche d’El Seed a le mérite de déterrer des trésors perdus de Tunisie, comme une maison de pierre ocre abandonnée depuis des années au milieu d’un paysage désertique, ou encore la mosquée de Jara à Gabès où El Seed a peint sur le minaret mi-2012.

De Tataouine aux îles de Kerkennah, El Seed est également allé trouver des murs solitaires au milieu de nulle part comme à Jérissa, ancienne ville minière. La ville dont la mine de fer était exploitée par les Français a connu ses heures de gloire pendant un temps jusqu’à sombrer dans l’oubli. « Des structures de fer sont encore présentes dans la ville. Elles inspirent une certaine nostalgie, comme si le temps s’était arrêté. On y raconte même que le fer aurait servi aux bases de la tour Eiffel », commente le graffeur.

 

Continuer la lecture de ce reportage sur Inkyfada:

https://inkyfada.com/2014/07/les-murs-perdus-del-sed/

 


Lilia Blaise / inkyfada

12/09/2014

, pour faire de chaque naLilia Blaisevigation une expérience narrative unique.