Les sultanes de Tunis | Wissem Ben Amor, khalijis, fouta, blouza, jebba, Yasrine Mouaatarif, Courrier de l'Atlas
Les sultanes de Tunis Imprimer
Yasrine Mouaatarif   
Les sultanes de Tunis | Wissem Ben Amor, khalijis, fouta, blouza, jebba, Yasrine Mouaatarif, Courrier de l'AtlasQu’il dessine ses robes de soirées, ses nouvelles créations “khalijis” ou ses tenues de mariées à la mode de Tunis, Ben Amor se permet toutes les fantaisies. C’est Byzance!

Sous ses immenses lunettes opaques et sa cape “abbaya” noire légèrement pailletée, Wissem Ben Amor a tout d’une star de la chanson libanaise. Mais si c’est bien au Liban que le styliste tunisien a fait ses premières armes, ce n’est pas dans les studios d’enregistrement, mais bien dans les ateliers des plus grands couturiers beyrouthins qu’il a faitses débuts dans la haute couture.

Elevé auprès d’une maman petite main pour grands créateurs à Tunis, Wissem s’est en effet très tôt passionné pour la couture, puis pour la haute couture. Après des études aux Beaux-Arts de Tunis, il s’envole pour la France où il s’inscrit à l’Académie de la Mode, puis part pour Beyrouth où il rejoint l’Académie de la mode parisienne. C’est là qu’il multipliera les stages chez les stylistes du tout-Beyrouth, travaillant aux côtés des Walid Khoury, Scallini, Qays El Tounsi ou encore d’un certain Elie Saab...

“J’adore tout ce qui est osé, tout ce qui sort de l’ordinaire!”, lance Wissem en montrant fièrement ses collections. Et pour oser, il ose. Tout: la sensualité d’un décolleté plongeant pointant sur un nombril dénudé, la profusion de -couleurs franches sur de la dorure qui ne s’en cache pas, ou les paillettes jetées sur des cristaux Swarovski brodés au fil d’argent. Que ce soit sur une robe
de soirée, une tenue khalijie ou émiratie ou une robe de mariée “fouta” ou “blouza” à la tunisoise, la discrétion est à proscrire: il faut que ça brille!

Wissem Ben Amor a un show room au Menzah à Tunis et il inaugurera prochainement son nouveau show-room à Paris.
Son site: www.ledesigner-tunisien.com

Les sultanes de Tunis | Wissem Ben Amor, khalijis, fouta, blouza, jebba, Yasrine Mouaatarif, Courrier de l'Atlas

ROBES DE SOIREE
Nancy, Pascale, Elissa… toutes les
vedettes de la variété arabe ont déjà craqué pour ses époustouflantes robes
de princesses pop stars, aux satins chamarrés et aux décolletés intrépides.

“FOUTA”
OU “BLOUZA”
C’est la tenue traditionnelle de la mariée tunisoise que Wissem Ben Amor a sublimée de cristaux Swarovski, de fils d’argent -cannetille et de dentelles de Calais. Des pièces uniques, faites main, qui demandent chacune trois semaines de travail pour deux brodeuses.

ROBES “KHALIJIS”
Créations exclusives de Wissem Ben Amor, ces robes dites “du Golfe” s’inspirent, selon le styliste, du caftan marocain, mais surtout de la “jebba” tunisienne, l’habit traditionnel masculin, ici féminisé dans des coupes amples, des matières fluides et des broderies au fil de soie.
 

Les sultanes de Tunis | Wissem Ben Amor, khalijis, fouta, blouza, jebba, Yasrine Mouaatarif, Courrier de l'Atlas
Par Yasrine Mouaatarif
(16/12/2008)