Antigone of Shatila  | Antigone of Shatila, Omar Abusaada, Mohammad Al Attar, camps de Bourj al Barajneh, Sabra et de Shatila, Sophocle
Antigone of Shatila Imprimer
Dalia Khamissy   

//© Dalia Khamissy© Dalia Khamissy

Un processus de création singulier

Le spectacle Antigone of Shatila est né d’ateliers menés par Omar Abusaada, metteur en scène et Mohammad Al Attar, dramaturge qui ont réuni pendant 8 semaines des femmes syriennes et pales­tiniennes réfugiées dans les camps de Bourj al Barajneh, de Sabra et de Shatila au Liban.

Ces participantes viennent de Damas, Alep, Deraa, Homs ou du Yarmouk, le grand camp palestinien de la banlieue de Damas. Elles sont palestiniennes ou syriennes, réfugiées au Liban depuis quelques mois pour certaines, quelques années pour d’autres.

L’exil les a menées dans la banlieue de Beyrouth, des camps ouverts à la fin des années 40 pour accueillir les réfugiés venus de Palestine. Les conditions de vie déjà précaires se sont largement détériorées depuis l’arrivée massive des réfugiés de Syrie. Au chômage et aux conditions de vie déplorables, s’ajoute un grand dénuement social et culturel. L’inactivité et la misère régissent le quotidien dans ces espaces de privation.

L’adhésion à cette démarche théâtrale a permis de reconstruire du lien social. Bien qu’éloignées de leur maison et privées de leur réseau social, avec peu d’opportunités d’intégrer la société d’accueil, elles n’ont pas ménagé leurs efforts avec le désir de s’investir dans le projet afin de s’approprier leur nouveau lieu de vie. Un ensemble d’initiatives a vu le jour autour de ces ateliers avec, par exemple, la création d’une nurserie pour émanciper les femmes des tâches domestiques.

//© Dalia Khamissy© Dalia Khamissy 

Une adaptation contemporaine

Les participantes se sont engagées de façons plurielles notamment en révélant des expériences personnelles. Ces confidences ont été fondues dans le texte grec. Le résultat est une adaptation contemporaine et syrienne de la tragédie de Sophocle.

Un véritable jeu de miroir s’installe entre l’héroïne grecque et ces réfugiées syriennes. Les femmes des camps se reconnaissent dans Antigone à différents titres : en tant que Syriennes, elles ont défié un tyran ; en tant que Femmes, elles ont participé à la lutte pour l’émancipation de la femme, un des enjeux du soulèvement syrien ; en tant que réfugiées, elles refusent la mise au ban et le dénuement imposés par l’exil pour prendre la parole et créer un spectacle.

Là réside le choix d’Antigone. La contemporanéité du texte a permis l’instauration d’un dialogue entre l’Antigone de Sophocle et les femmes des camps de réfugiés. La dimension à la fois universelle et intemporelle de Antigone fait écho à la condition des femmes syriennes.

 

Omar Abusaada, metteur en scène : extrait d'entretien

Le sujet principal de ce texte est très important pour ces femmes. En Arabe, ‘tamarrod’ signifie insurrection, rébellion, désobéissance. Antigone défie Créon, elle refuse de lui obéir. Elle insiste pour faire ce qu’elle pense être juste, même si cela a beaucoup de conséquences. Ceci est une des principales questions des Syriens aujourd’hui. Ont-ils eu tort ou raison lorsqu’ils ont décidé de demander la liberté ?

De plus, ce que j’ai vraiment aimé dans ce texte est que Antigone est une femme qui défie Créon, un homme. Ceci a été une chose primordiale aux débuts de la révolution syrienne.

Enfin, ce texte contient nombre de débats et d’argumentations et parfois, vous ne savez plus ce qui est juste, ce qui est faux. Cela résume notre situation en Syrie, tout est soumis au débat et nous ne savons plus qui a tort, qui a raison.

Omar Abusaada, 8 octobre 2014

//© Dalia Khamissy© Dalia Khamissy 

L'équipe

OMAR ABUSAADA

metteur en Scène

Après ses études d’Arts Dramatiques à l’Institut supérieur des Arts Dramatiques de Damas, Omar a tout d’abord exercé en tant dramaturge. Il arrivera à la mise en scène plus tard.

Il a co-fondé une compagnie théâtrale nommée « Studio » à Damas. Durant plusieurs années Omar a animé des ateliers de théâtre tels que Antigone of Shatila dans des villages reculés syriens.

En 2004, il a mis en scène sa première pièce, Insomnia. Il a continué ce travail de mise en scène avec Afish and Forgiveness, un travail d’improvisation mené avec un groupe de jeunes prisonniers. En 2012, il a dirigé Could you please look into the Camera ? un texte de Mohammad Al Attar.

Omar a travaillé à plusieurs reprises dans l’univers carcéral ainsi que dans les camps de réfugiés en Egypte, au Yémen, en Irak et en Jordanie avec des Syriens et des Palestiniens. Ses pièces ont été jouées dans un grand nombre de festivals arabes et européens.

MOHAMMAD AL ATTAR

dramaturge

Mohammad Al Attar est un dramaturge syrien. Son travail explore les relations sociales et les conflits personnels qui se déroulent au quotidien. Après des études de littérature anglaise et d’Art dramatique à Damas, il a obtenu une maîtrise (Master) d’Arts appliqués à l’Université Goldsmiths de Londres.

Les pièces telles que Withdrawal, Online ; Look at the street… this is what hope looks like ; Could you please look at the Camera ?, A chance encounter, Intimacy, ont fait l’objet de performance à Damas, à Londres, à New York, à Seoul, à Berlin, à Bruxelles, à Edinburgh, en Tunisie, à Athènes, à Beyrouth, etc.

Mohammad a écrit pour de nombreuses revues et journaux avec, récemment, un focus particulier sur la révolution syrienne.

Entretiens avec les actrices (extraits)

FADWA

58 ans

Née à Homs, elle a déménagé à Damas après son mariage, puis elle est partie vivre aux Émirats avant de revenir vivre à Damas, dans le camp palestinien du Yarmouk

Au Liban depuis 2 ans et 2 mois.

Quel est votre sentiment maintenant ?

Oh wow. J’ai retrouvé ma jeunesse. J’ai pu exprimer des choses tel que je n’avais pas pu le faire depuis longtemps. Je me suis retrouvée, j’ai retrouvé la jeune Fadwa que j’avais perdue.

WARDIA

29 ans

De Alep

Au Liban depuis 7 mois.

Quelles étaient vos attentes avant de commencer ?

Quand ils ont dit « théâtre », nous avions peur parce qu’il s’agissait de jouer et que nous sommes Syriens. Nous n’avions jamais travaillé avant et nous ne savions pas ce qui était attendu de nous, mais personnellement, j’étais très très enthousiaste, mon coeur à commencé à battre.

MONA

28 ans

De Damas

Au Liban depuis 2 ans

Que pensez-vous du projet, mainte­nant qu’il a démarré ?

Bien mieux que ce que j’espérais. Des gens sont venus de l’étranger pour y travailler. Il m’a procuré de l’espoir et des encouragements. Je n’avais jamais pensé que je participerais à un tel projet. Je pensais que je resterais éternellement à la maison. J’avais perdu confiance en moi, mais depuis que nous avons commencé, je retrouve cette confiance.

WALAA

25 ans

Du camp palestinien du Yarmouk Au Liban depuis 1 an et 9 mois

Quel bénéfice espérez-vous en jouant Antigone of Shatila ?

Je veux que le peuple libanais et le monde entier entendent nos voix. Même s’ils nous jettent à la mer, nous continuerons à construire. Je veux leur montrer que les femmes sont les égales des hommes.

INTISAR

35 ans

De Daraa

Au Liban depuis deux ans

A quel personnage vous vous identifiez le plus et pourquoi ?

Antigone. Je ne suis pas une héroïne ou autre mais je vis la tristesse d’Antigone tous les jours. Son frère est si cher à ses yeux, et le mien me manque tellement, il m’est aussi très cher.

 


 

Antigone of Shatila

mise en scène Omar Abusaada

dramaturgie Mohammad Al Attar

 

training des actrices Hala Omran

avec Israa Alabdou, Fadoa Alaoyete, Faten Al Hasan, Fatema Al Hasan, Zarifa Aljafar, Zakieh Alkhalaf, Aicha Al Khalaf, Heba Alshaly, Muntaha Al Shuhadat, Reem Meselmani, Esraa Shahror, Walaa Sokare, Wessam Soukari

lumières Ghassan Hammash

 

création : mai 2015 au Théâtre Al-Madina à Beyrouth

spectacle en arabe surtitré en français

durée : env. 1h30

production déléguée : Les Bancs Publics

avec le soutien du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International, de la Ford foundation, de l'Office National de la Diffusion Artistique (ONDA) et de la Friche la Belle de Mai.

Marseille FR

vendredi 29 janvier 19h30

samedi 30 janvier 20h30

Festival Les Rencontres à l'échelle - 10éme édition

Friche la Belle de Mai - Grand Plateau

41, rue Jobin - 12, rue François Simon

13003 Marseille

 
11/01/2016