PirateBeirut ou le libre partage pour une culture nouvelle | Ebticar, PirateBeirut, Mashrou’ Leila, Gab Ferneiné, Safineh
PirateBeirut ou le libre partage pour une culture nouvelle Imprimer
Cristiana Scoppa   

L’intention est claire : « Nous croyons dans la nécessité de préserver le patrimoine culturel libanais » explique les créateurs de Pirate beirut. Et comment ? En le faisant connaître au monde entier à travers une plateforme web continuellement alimentée, mettant à disposition -online et gratuitement, à la barbe des labels et des productions discographiques – la musique de dizaine de chanteurs et groupes, notamment ceux qui sont les moins connus et peinent à trouver un marché.

Artistes et groupes qui « lucrent » donc, non pas en royalties mais grâce à un public fidèle, reconnaissant et enthousiaste dans 150 pays. Prêt à se précipiter à leurs concerts, à acheter leur nouvel album quand il sort, comme le confirment les déclarations enthousiastes de leurs fans.

Ainsi se présente l’expérience du collectif qui a donné vie au site PirateBeirut, racontée dans une vidéo-manifeste disponible sur le lien :https://www.youtube.com/watch?v=pj33RikV-5Q

Jusqu’à présent une centaine d’artistes y ont mis en circulation leurs morceaux, dont Trash.Inc, le musicien choisi par Gab Ferneiné pour la colonne sonore de sa propre vidéo : Safineh. Certains d’entre eux n’hésitent pas à remercier PirateBeirut quand ils se rendent compte qu’ils ont un public au-delà de leur propre pays, ou lorsqu’ils reçoivent des mails enthousiastes de fans qui les ont découverts précisément sur PirateBeirut.

//PirateBeirut - Lebanese Music DownloadsPirateBeirut - Lebanese Music Downloads

Au reproche qui leur est souvent fait, à savoir que l’accès libre à leurs productions nuisent aux artistes, PiratBeirut retorque en se servant des déclarations mêmes de nombreux musiciens qui ont pris conscience du potentiel du réseau et du web comme moyen de diffusion, dans un monde toujours plus connecté. Un monde où exister sur le réseau fait toute la différence pour conquérir son propre public.

Totalement indépendantes et auto-financées, les personnes de PirateBeirut n’acceptent aucune publicité puisque leur site est par définition militant, basé sur le libre d’accès et le file sharing. Pour eux la culture n’est pas seulement un droit, c’est aussi un pont capable d’unir les contrées les plus lointaines.

 

www.piratebeirut.com

 
Cristiana Scoppa