Sada BCN ou l’écho multiculturel d’une fusion musicale | Perine Delangle
Sada BCN ou l’écho multiculturel d’une fusion musicale Imprimer
Perine Delangle   
Sada BCN ou l’écho multiculturel d’une fusion musicale | Perine DelangleCe soir, rendez vous au bar 23 Robadors, dans la rue du même nom pour découvrir une nouvelle promesse, le groupe Sada BCN. A neuf heures, le local est déjà plein à craquer et l’ambiance commence à chauffer.

Tentant d’échapper à l’humidité de ce printemps barcelonais, toute la ville semble s’être réfugiée dans ce petit bar du « barrio chino », un des derniers qui propose encore de la musique « en vivo » quatre soirs par semaine. Enfin, la musique commence. Les rythmes de la guitare flamenco, le son du Oud, les mélodies douces en arabe et les sursauts de jazz ou d’électronique évoquent pour nous des images qui nous font voyager. Le spectacle donne la part belle aux improvisations libres et le public en redemande.

C’est avec une grande subtilité et la maîtrise des bons musiciens que le groupe combine la voix douce et ondulante de Redouane Ben Hammou, avec la nervosité de la guitare flamenco de Albert Pons, les notes jazz du saxo de Onur Yuce, les percussions latines et africaines de Mauricio Ochoa et les chaudes sonorités du Oud de Albert Pintor. Le dialogue s’installe entre les instruments, métaphore du dialogue entre les humains et entre les cultures. A la basse et à la guitare électrique, Jordi de Diego et Ferran Ochoa viennent soutenir et agrémenter les arrangements électroniques de Beinat Beita.

Musiciens confirmés formés dans les meilleures écoles ou auprès de professeurs renommés, les membres de Sada jouent tous dans plusieurs groupes de la région et possèdent une solide pratique de leur instrument. De provenances diverses tant du point de vue de leurs pays d’origine ( Turquie, Maroc, Espagne, Equateur), que de leurs influences musicales, Jordi, Ferran, Mauricio, Redouan, Onur, Benat et les deux Albert se sont rencontrés sur la scène musicale barcelonaise, au gré des concerts et de leurs parcours artistiques personnels. Avec spontanéité et naturel, ils ont commencé l’aventure et donné vie, il y a trois ans, à un projet ouvert qui fusionne les racines de la musique gnawa, du folk balkanique, du flamenco, du jazz, du rock progressif, de l’afrobeat, des rythmes latins ou de la musique celte.

Après une première période instrumentale, Sada s’enrichit de sa rencontre avec Redouane Ben Hammou, un chanteur originaire de Larache (Maroc) résidant à Barcelone. Venant de la musique arabe et gnawa, ce dernier compose les paroles de leurs chansons en s’inspirant simplement de ce qu’il voit et de ce qu’il vit. Qu’il parle ou qu’il chante, Redouane est un poète. Il est de ceux qui profitent, un sourire radieux aux lèvres, de chaque mot et de chaque instant pour rendre hommage à la vie, à l’amitié et à l’amour. Alors, il en remplit ses textes, depuis toujours, comme au temps où son cousin, admiratif, les récoltait au vol lors de leurs promenades du bord de mer.

Dans leur proposition musicale, les cultures du monde n’ont plus de frontière, pas plus d’ailleurs que les genres musicaux. Synonyme de l’écho en arabe, Sada donne résonance aux voix et aux cultures de ses membres. Les sons et les connaissances musicales de chacun viennent bouleverser les horizons pour s’unir avec brio dans un mélange harmonieux et éclectique de langages et de styles. « Pour nous, la fusion, ce n’est pas seulement une juxtaposition de styles ou d’instruments venus d‘ailleurs. C’est plutôt une bonne maîtrise de son propre style, la connaissance de celui des autres et la capacité à comprendre comment les combiner ensemble » résume Albert Pons.
Sada BCN ou l’écho multiculturel d’une fusion musicale | Perine Delangle
C’est en assistant à une de leur répétition et en parlant avec eux, que l’on comprend véritablement l’esprit de cette fusion. La liberté en est le maître mot. Les propositions et les idées fusent car tous composent pour Sada. Chacun écoute, puis se lance et propose. La musique et les apports possibles sont infinis. Témoignage de cette « infinitude », les artistes invités et les contributions spontanées sont toujours nombreux dans leurs concerts. L’univers de Sada, est formé « des contributions variées et toujours libres, où chaque musicien, avec la maîtrise de son instrument et de son style, choisit quel ingrédient ajouter », souligne Albert Pintor. Avec perspicacité Onur ajoute « chacun peut choisir d’apporter les sons traditionnels de son pays ou ceux de sa propre culture musicale. Moi, par exemple je me suis formé en jazz au College of Music de Berklee. Je suis turc mais je joue beaucoup plus de mes influences jazz que de la musique traditionnelle turque. » Avec audace et passion, ils mènent à bien, de concert en concert, une profonde recherche musicale, une exploration des racines communes de la musique et des rythmes. Sans réellement en préméditer le résultat final, les musiciens de Sada se laissent guider par leur amour pour la musique et par leur désir d’unir leurs mondes sonores pour créer ce « quelque chose » de nouveau.

Et si leurs expérimentations les emmènent encore plus loin, ils ne pourront que s’en réjouir car ils veulent jouer, jouer et encore jouer. Pas question donc, pour l’instant, de mettre leur musique en boîte en enregistrant un disque. Ils aiment le direct. « La mission du musicien c’est de jouer, de s’exprimer à travers la musique, de vivre des émotions et de les communiquer au public » insiste Albert Pintor. Pour les connaître et pour nous donner envie d’assister à leur concert, ils ne nous offrent donc que quelques pistes… gratuitement téléchargeables, bien entendu, dans le respect de leur ambition d’autogestion et de leur conception d’une musique « accessible à tous ».
Alors, si jamais vous passez par Barcelone, venez savourer cette promesse envoûtante et laissez vous bercer le temps d’un concert par ce rêve sonore.

Membres de Sada
Ben Hammou Redouan : chant
Jordi de Diego : guitare acoustique et électrique, irish bouzouki
Albert Pintor : oud, bahlama, sitar, bases electroniques
Albert Pons : guitare flamenco
Onur Yuce : saxophone
Ferran Ochoa : basse
Mauricio Ochoa Solis : percussions
Beñat Beitia : bases electroniques

www.myspace.com/sadabcn

Perrine Delangle
(27/05/2009)



mots-clés: