Reinette l'Oranaise. La grande reine de la musique judéo-arabe ressuscite par le disque | Reinette l'Oranaise, Mohamed Belhocine, Nadia Khouri-Dagher, musique judéo-arabe, Lili Boniche, Blond-Blond, Line Monty, Luc Cherki, Raoul Journo, Habiba Msika, El Kahlaoui Tounsi
Reinette l'Oranaise. La grande reine de la musique judéo-arabe ressuscite par le disque Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   

Reinette l'Oranaise. La grande reine de la musique judéo-arabe ressuscite par le disque | Reinette l'Oranaise, Mohamed Belhocine, Nadia Khouri-Dagher, musique judéo-arabe, Lili Boniche, Blond-Blond, Line Monty, Luc Cherki, Raoul Journo, Habiba Msika, El Kahlaoui TounsiQu'est-ce que la "musique judéo-arabe"? C'est un genre musical, ancré dans la tradition de la musique arabe classique (aussi appelée arabo-andalouse car son âge d'or fut l'époque andalouse), qui fut modernisé au XX° siècle, et dont les plus grands maîtres furent des artistes juifs du Maghreb. En effet, jusqu'aux Indépendances, ces derniers jouaient un rôle-clé dans la vie musicale de ces pays: ainsi au Maroc, relate le musicologue Christian Poché, "lorsque Delacroix s'enquiert de musiciens à dessiner, il est envoyé vers la communauté israélite"



L'album "Reinette l'Oranaise" fait ainsi revivre pour nous celle qui fut la plus grande interprète féminine d'un genre qui, s'il n'excluait pas les artistes féminines, comptait surtout des hommes: Lili Boniche, Blond-Blond, Line Monty, Luc Cherki, pour l'Algérie; Raymonde pour le Maroc; Raoul Journo, Habiba Msika ou El Kahlaoui Tounsi pour la Tunisie.

Reinette, décédée en 1998 en France – elle s'y était réfugiée, comme 100.000 de ses coreligionnaires, à l'indépendance de l'Algérie en 1962 - était née en 1915 à Tiaret, près d'Oran. Devenue aveugle à l'âge de 2 ans, à la suite d'une variole, sa mère, qui lui avait dit "je veux que tu aies un métier qui t'égaye tout en égayant les autres", lui fait passer une audition, à 16 ans, avec le grand musicien Saoud Médioni, dit Saoud l'Oranais, violoniste et chanteur.

Auprès du maître, la jeune fille apprend d'abord le chant, épicentre de la musique arabe, quand la musique classique occidentale est d'abord instrumentale. Elle apprend aussi la derbouka, pour comprendre la rythmique ("mizân"). Dans le café que Saoud l'Oranais possède dans le Darb, le quartier juif d'Oran, et où jouent de nombreux artistes, la jeune fille commence à se produire, d'abord au chant, et prend son nom de scène: Reinette, "petite reine", comme l'appelait affectueusement son professeur. Tous deux enregistrent un 78 tours en duo, et se produisent sur diverses scènes.

Reinette l'Oranaise. La grande reine de la musique judéo-arabe ressuscite par le disque | Reinette l'Oranaise, Mohamed Belhocine, Nadia Khouri-Dagher, musique judéo-arabe, Lili Boniche, Blond-Blond, Line Monty, Luc Cherki, Raoul Journo, Habiba Msika, El Kahlaoui TounsiEn 1938, Saoud décide de s'installer à Marseille, où il ouvre un café musical oriental. Arrêté en 1943, il mourra en déportation, dans le camp de Sobibor en Pologne - Reinette lui rendra hommage à travers une chanson, "Nechkar el karim" (Nous remercions l'ami très cher). Dans les années 40, elle part s'installer à Alger. Là, Mohamed Belhocine devient son nouveau maître, puis elle intègre l'orchestre du Hadj M'hamed El Anka, fondateur de la musique châabii, qui est la musique arabe "algérianisée" (on chante en dialectal) et modernisée (avec banjo, piano, voire rythmes de rumba ou tango).

Tous les mardis, Reinette se produit comme soliste de 'oud dans l'Orchestre de Radio Alger dirigé par ce dernier, dans une émission écoutée dans tout le pays, et qui fait entendre les meilleurs artistes andalous et chaâbis du moment. Parallèlement, elle apprend l'arabe littéraire, pour chanter le répertoire classique arabo-andalou, et, surtout, entreprend de sauver de l'oubli des centaines de chansons du répertoire, classique et populaire, qui sont de tradition orale, en les transcrivant … en braille! Les années 50 sont ses années de gloire, avec plusieurs 45 et 33 tours.

Etablie en France depuis 1962, en banlieue parisienne, Reinette était tombée peu à peu dans l'oubli, ne se produisant plus guère que dans les mariages et bar-mitsvas. Au milieu des années 80, les médias – Radio Beur et Libération - la ressuscitent. Puis les années 90 voient naître, parmi les enfants d'émigrés, juifs et musulmans, un intérêt pour ce patrimoine musical commun, et le public français découvre ces grands artistes judéo-arabes dans les bandes-sons de films tels que "Mémoires d'immigrés", "La vérité si je mens", "Le grand pardon", etc…

"Reinette était un vrai personnage. Elle ne mâchait pas ses mots", se souvient le critique musical Rabah Mezouane, ému."Elle était toujours de bonne humeur, taquine. Et elle avait dépassé son handicap d'aveugle: par exemple, chez elle elle faisait la cuisine!". A son décès, un hommage lui fut rendu au Centre culturel algérien, à Paris, reconnaissance officieuse par le gouvernement algérien. La France l'avait déjà honorée, de son vivant, de Commandeur des Arts et de Lettres (1989), et elle avait également reçu le Prix Charles Cros, en 1995, pour son album "Mémoires".

Celle dont "le bonheur de jouer irradiait", chantera encore, éternellement, grâce au disque, ces chansons du patrimoine algérien dont tous les Algériens, jeunes et vieux, connaissent les paroles par cœur: "Aachki Fezine Ensaha" «Mon amour est vraiment sincère» ou «Selli homomec»(Oublie tes soucis).



Nadia Khouri-Dagher
13/09/2006