Calatrava inaugure son «Pont des Cordes» | Marie Medina
Calatrava inaugure son «Pont des Cordes» Imprimer
Marie Medina   
L’ouvrage, dont l’esthétique n’a pas séduit les habitants de la ville, accueillera dans deux ans un tramway au tracé très controversé.
Calatrava inaugure son «Pont des Cordes» | Marie Medina
Le pont enjambe un carrefour routier très fréquenté, à l’entrée de Jérusalem. Non loin de la station centrale d’autobus, il relie la rue Jaffa au boulevard Herzl en un large S - une forme dictée par le parcours du futur tramway. Du haut de son mât de 118 mètres sont tendus 70 câbles blancs. Ces cordes géantes évoquent la harpe du roi David – du moins selon la municipalité de Jérusalem. Calatrava, lui, se réjouit que son pont puisse évoquer un instrument de musique pour certains, une tente de nomades pour d’autres : "C’est joli lorsque les objets suscitent l’imagination".

Sur le tablier d'acier et de béton, deux voies ferrées sont posées pour le tramway. Elles sont longées par une passerelle piétonne habillée de verre.

Calatrava inaugure son «Pont des Cordes» | Marie Medina
Santiago Calatrava
Alors que les détracteurs du pont n'y voient qu'une construction imposante, son créateur le défend : "Il est si transparent et si fin". Sa forme contraste harmonieusement avec les bâtiments de pierre cubiques qui l'entourent, souligne-t-il : "Nous avons fait de notre mieux pour combiner une technique moderne avec le caractère de la ville".

L'architecte espère que les habitants "s'habitueront" à cette structure. Il pense que ce sera le cas lorsque les piétons commenceront à emprunter la passerelle et lorsque le tramway aura montré son utilité.

La municipalité de Jérusalem a fait de l'inauguration de ce pont l'un des temps forts de l'anniversaire de la "réunification" de Jérusalem. Lors de la guerre des Six Jours, en juin 1967, Israël a conquis Jérusalem Est, la partie arabe, qui comprend notamment la Vieille Ville. Cette "réunification" peut donc aussi être appelée annexion.

Calatrava inaugure son «Pont des Cordes» | Marie MedinaSantiago Calatrava refuse d'envisager une quelconque récupération politique de son ouvrage. "Si un pont signifie quelque chose, c'est d'unir deux parties qui n'étaient pas unies. Pour moi, ça revêt une signification symbolique qui va bien au-delà des circonstances actuelles".

L'Ouest et l'Est de Jérusalem sont aujourd'hui desservis par deux compagnies de bus distinctes, l'une israélienne et l'autre palestinienne. Il est vrai que le tramway va relier les deux parties de la ville. Cependant, alors qu'il rapprochera du centre-ville de nombreuses colonies juives de Jérusalem Est, il ne réservera d'arrêt qu'à un quartier arabe, Shuafat. Interrogé sur le peu de stations du côté palestinien, l'architecte assure que "ces choses-là peuvent s'arranger". Pour lui, le plus important est de "relier" quartiers juifs et quartiers arabes.
Calatrava inaugure son «Pont des Cordes» | Marie Medina
Célèbre pour la Cité des Arts et des Sciences dans sa ville natale de Valence, Calatrava a dessiné une trentaine de ponts à travers le monde, dont le Quarto Ponte sur le Grand Canal de Venise. Mais selon lui, Jérusalem est "l'un des endroits les plus significatifs pour construire un pont".

Marie Medina
(26/06/2008)

mots-clés: