Amandine Casadamont: l’onde de choc dans la création sonore | Sarah Ben Ammar
Amandine Casadamont: l’onde de choc dans la création sonore Imprimer
Sarah Ben Ammar   
Passion précoce
Dès l’âge de 14 ans, Amandine Casadamont répond à l’appel de la radio. Un appel irrésistible qui la conduit à faire de l’animation, de la production et des reportages pour diverses radios françaises. Jusqu’au jour où cette tonitruante radiophile se lance dans la narration sonore. Soyez tout ouïe car ses sons en disent longs…

«Lorsque je crée des sons, je pense toujours aux non voyants»
Micro à la main, casque sur la tête, son enregistreur en bandoulière, Amandine Casadamont va par mont et par vaux en quête de sons. Toujours aux aguets, elle capture le moindre bruit pour enrichir ses bandes de cette « matière » qu’elle découpe, classe, mélange, habille et transforme selon son inspiration et ses envies. Cette journaliste de formation, qui se définit comme une plasticienne, souligne l’incroyable liberté qu’offre la création sonore. « Avec l’image, on est prisonnier. Ce qui n’est pas le cas avec les sons » précise-t-elle. A l’instar d’un peintre, Amandine part d’un matériau brut pour parvenir à une création produisant du sens et capable de « provoquer des émotions et du rire ». Et que ce soit pour une pièce, un documentaire ou une fable, la jeune femme est toujours mue par le même souci : produire du rythme et de l’image. « Lorsque je crée des sons, je pense toujours aux non voyants » explique-t-elle.

Amandine Casadamont: l’onde de choc dans la création sonore | Sarah Ben AmmarGrave et désopilant
Sa création la plus retentissante : Chantal Champagne, le personnage sonore de l’émission « Pénélope.com » diffusée l’été dernier sur France Inter. Et autant dire que cette chatte transsexuelle, qui parle de problèmes liés à la sexualité, n’a pas sa langue dans sa poche ! Autre personnage désopilant : Herbert le poulet qui livre aux auditeurs une réflexion poétique sur le droit des êtres vivants. « A travers ces personnages cartoonesques et drôles, j’essaie d’amener une réflexion, une critique » confie cette artiste qui laisse aussi une grande place à l’imaginaire. C’est ainsi qu’elle cale ses sons pour créer un univers décalé qui s’accorde harmonieusement à celui d’autres artistes tels que des comédiens, des architectes, des plasticiens… Avec brio, elle revisite également la forme journalistique en créant des documentaires sonores. En octobre 2006, elle signe pour France Culture « Correos de droga », un documentaire sur les « mules » : ces passeurs de drogue au sort parfois funeste. Cette plasticienne prouve ainsi que le fond sonore a un effet bien plus retentissant qu’il n’y parait. Il suffit juste de tendre l’oreille !

http://amandinecasadamont.org et www.chantalchampagne.com

Sarah Ben Ammar
(17/06/2008)

mots-clés: