La filiation, Copeau, Lecoq, Mnouchkine, par Guy Freixe | Djalila Dechache, Ariane Mnouchkine, Georges Banu, Guy Freixe, théâtre parisien, Vieux-Colombier, Peter Brook, Jacques Lecoq
La filiation, Copeau, Lecoq, Mnouchkine, par Guy Freixe Imprimer
Djalila Dechache   

La filiation, Copeau, Lecoq, Mnouchkine, par Guy Freixe | Djalila Dechache, Ariane Mnouchkine, Georges Banu, Guy Freixe, théâtre parisien, Vieux-Colombier, Peter Brook, Jacques LecoqVoici un livre rare et passionnant. Que l’on soit étudiant, élève au Conservatoire, spectateur ou simple curieux. En effet, dès le début on est pris à un point tel que l'on ne peut plus s'en détacher. Au cours de la lecture, des images de Jacques Copeau surgissent et se superposent sur ce que l’on peut connaître de la démarche artistique et pédagogique d'Ariane Mnouchkine, « couple en apparence antinomique » comme le souligne Georges Banu dans sa préface et qui revient sur « l'idée d'une lignée française ».

Dans ce livre chaque mot est important, chaque phrase nourrit, chaque partie de l'ouvrage résonne avec la précédente et la suivante. L'ensemble constitue une somme de connaissances éclairantes dont on ne peut plus se passer. C’est l’œuvre d’un pédagogue soucieux de transmission de son savoir et de sa passion. L’ouvrage est composé de deux parties, l’une d’analyse détaillée et l’autre d’entretiens, avec des photos d’archives. Une bibliographie quasi-universitaire complète l’ensemble.

« Rêver c'est créer » (Guy Freixe)

La construction de la méthode de Copeau (1879-1949) débute au moment de la première guerre mondiale, lorsque l'homme de scène quitte en pleine gloire son théâtre parisien du Vieux-Colombier, premier Théâtre d'art de France de l'époque. Il s'installe en Bourgogne avec des proches afin de créer une communauté, une «confrérie de comédiens » qui deviendra Les Copiaus, un rêve de troupe, une éthique de facture spirituelle où le collectif prime sur l'individuel, où chacun travaillera sans compter à une œuvre commune, sans place possible pour les egos surdimensionnés, le vedettariat et le carriérisme. Ce qu'il veut, c'est réinventer le théâtre à partir de l'acteur pour qu'il ne soit plus un de ces « faquins que l'on voit sur les planches » dit-il. L'expérience et l'observation lui montrent qu'il y a deux formations possibles, celle de l'improvisation et celle de l'interprétation. Il en parle aux amis Dullin et Jouvet qui depuis le front en 1915 font part de leur enthousiasme de la découverte du jeu improvisé, amis que le Cartel réunira en 1927 et auxquels s’associeront Baty et Pitoëff.

Copeau commence par observer ses enfants à la maison et les enfants en cours, parce que comme le dit Baudelaire « Le génie, c’est l’enfance retrouvée à volonté » ; il attend beaucoup d’eux, il veut beaucoup, « il veut le secret du jeu » précise Guy Freixe.

« La Comédie Nouvelle ».

Ce qui deviendra l'école du Vieux-Colombier trouve ses fondements pédagogiques et ses moyens avec le travail du corps, la précision alliée au mouvement du cirque, le masque « noble », afin d’ôter toute subjectivité au visage, la musique vocale, le théâtre Nô, la création du chœur et « pas de textes dramatiques avant trois ans ».L'acteur est défini comme un intercesseur. Il doit entrer en contact, par son jeu, avec une partie, indéfinie, invisible de lui-même. Pour s'élever ainsi, en rencontrant le personnage qui incarne ses forces, il doit se préparer, apprendre à s'oublier, se démunir, accepter de n'être rien ».Ce dénuement total rappelle celui des apprenants des confréries mystiques. On le voit, la formation est exigeante et non seulement elle tranche radicalement avec le passé mais elle s'inscrit de plain-pied dans le XXème siècle et au-delà en posant l'usage « du masque comme l'apprentissage d'une langue étrangère ».

Copeau en arrive naturellement au vide du plateau avec « lequel il veut accorder le vide intérieur de l'acteur » : ce sera sa ligne directrice qui sera développée par la propre recherche de grandes signatures du théâtre, Peter Brook et Ariane Mnouchkine bien sûr.

« Le corps poétique » (J.Lecoq Actes-sud Papiers)

Jacques Lecoq (1921-1999) construit lui aussi sa méthode à partir de trois éléments forts : Copeau + le sport + L'Italie = Ecole Lecoq que Guy Freixe développe dans un de ses livres précédents « Les utopies du masque sur les scènes européennes » éditions de l’Entretemps en 2010. Lecoq issu du sport, débute la pratique théâtrale avec l'association Travail et Culture où il suit les cours de Claude Martin, élève de Charles Dullin. Jean Dasté (1904-1994) disciple, gendre et fils spirituel de Copeau, le remarque lors d'une soirée festive à Grenoble et lui propose de rejoindre sa compagnie où il aura en charge la préparation corporelle.

Peu à peu, il tire partie de l'enseignement et des principes fondamentaux de Copeau et met en lumière « un mime théâtral d'action ».Il se rend en Italie à la recherche d'un masque différent qui vise la neutralité, qui contaminera l'ensemble des arts y compris la littérature et la philosophie Avec G.Strehler et P.Grassi il fonde en 1951, l'Ecole du Picolo Teatro de Milan où les bases de sa pédagogie sont jetées : le masque neutre, la commedia dell'arte, le chœur antique associés à la préparation physique intégrant l'acrobatie dramatique. C’est en rentrant à Paris en 1956 qu’il fonde son école en intégrant ce qu'il a appris de Copeau par Dasté. Son école incarne l’utopie d’une société, d’un nouveau monde prêt à éclore et à se diffuser à l’échelle nationale et internationale.

Tout vient du « maitre-rêveur » qu’est Copeau (A.Mnouchkine)

Des générations d’artistes, comédiens, chefs de troupe et metteurs en scène se sont nourris tant à la source Lecoq qu’à celle de Copeau.

C’est le cas d’Ariane Mnouchkine dont Guy Freixe reconnaît l’importance capitale de la démarche, du travail issu de cette lignée, de cette filiation qui met au centre l’improvisation comme base d’écriture collective. Elle fonde avec des amis le 29 mai 1964 le Théâtre du Soleil sous forme de coopérative tout d’abord et s’installe à la Cartoucherie de Vincennes en 1970. La Cartoucherie qui est devenue synonyme de lieu incontournable de la Création. Pour les 40 ans de cette aventure vivante, un programme de festivités est prévu jusqu’en juillet et sera repris en septembre 2014.

Pour reprendre un mot de Julia Kristeva évoquant Hanna Arendt, on peut dire d’Ariane Mnouchkine qu’elle est une « compreneuse » qui arrive « à envisager la vie comme un chemin d’école »(…), et à proposer « un univers enchanté au milieu d’un monde de plus en plus désenchanté ». Son idée du bonheur est l’apprentissage qui passe par les grands textes du théâtre grec et les théâtres d’ailleurs. Ainsi son théâtre devient au fil des années héritier de Copeau, Vilar, Brecht et Lecoq, imbriqué et impliqué dans la société tout en étant au cœur des questions qui agitent le monde.

«Pour qu’il y ait du théâtre, vous n’avez qu’une seconde. Quand vous entrez en scène, l’histoire se raconte déjà. Je veux voir un personnage tout de suite », voilà ce qu’elle dit à ses stagiaires (2).

Pour A.Mnouchkine, les lois du jeu existent sans appartenir à un courant déterminé, elles sont « mystérieuses et volatiles » formulées par Copeau et le maître Nô Zeami.

Sa stratégie consiste à ne pas savoir, ne pas se reposer sur une théorie, ce que l’on sait est éphémère et peut se retrouver inutile le lendemain. Sa recherche est donc sans fin et vaut pour toute quête.

« Le rêve pousse à l’action » (Guy Freixe)

La boucle est bouclée, du rêve au rêve et de l’utopie à la résistance ; elle reste naturellement ouverte à tout créateur, utopiste, rêveur et artiste qui poursuivra le cheminement ininterrompu par à la transmission, la « générosité d’essayer de transmettre à celui qui est derrière vous » dit Ariane Mnouchkine. C’est ainsi qu’elle revient sans cesse sur les fondamentaux afin d’inventer une langue universelle, la langue du théâtre qui la conduira partout où elle le juge nécessaire. Cette langue s’écrit avec le masque, dont le jeu est porté par la musique parce que la musique est un « tapis volant » qui vient soulever l’acteur de terre. Cette langue, enfin, qui se déploie « des traditions orientales à la modernité occidentale », comme le souligne le sous-titre de la page d’accueil du site internet du Théâtre du Soleil dédiée aux scolaires et à leurs enseignants.

Plus largement, Mnouchkine construit un pont entre Copeau et Lecoq comme une utopie cultivée, fructifiée, nourrie par les créations de l’écriture plateau pour participer à l’émergence d’un nouveau monde.

Avec l’universitaire et dramaturge Hélène Cixous, toutes deux iront encore plus loin dans l’exploration esthétique et humaniste qui dépasse le cadre de la scène du théâtre, comme une nécessaire aventure de chacun, où chacun puise de quoi rêver, s’affirmer, de quoi résister, de quoi vivre.

 


 

Djalila Dechache

07/05/2014

 

(1) Guy Freixe, La Filiation Copeau-Lecoq-Mnouchkine, Editions de l'Entretemps, collection Les voies de l'acteur, 2014, 298 pages.

(2) Extrait de Josette Féral, Dresser un monument à l’éphémère, rencontres avec Ariane Mnouchkine, Théâtrales, Paris, 1995, réédité 2001).