30 décembre 2008: Où est le terrorisme? Imprimer
babelmed   
L’attaque israélienne sur Gaza apporte une réponse dramatique à la question que je posais à la fin de ma dernière chronique.
Aucune des justifications avancées, et complaisamment relayées par bien des medias, pour la faire accepter par l’opinion des pays occidentaux, ne résiste à l’examen.
Il est faux de dire que la trève a été rompue par le Hamas. C’est une opération israelienne faisant 6 morts à Gaza le 7 novembre, avant la fin de la trêve, qui a fait renaitre la tension. Les tirs de roquette en provenance de Gaza n’ont repris qu’ensuite.
Il est inadmissible de prétendre que la situation d’insécurité résultant, pour les habitants israéliens de la zone proche de la frontière, de ces tirs de roquette, rendrait légitime une opération de cette ampleur. Cette insécurité est réelle. On comprend qu’Israel souhaite y mettre fin. Mais, que l’on considère le nombre des victimes ou les conditions de vie ou plus exactement de survie de la population, il n’y a hélas aucune commune mesure entre cette situation et celle du million et demi de palestiniens qui sont enfermés dans la bande de Gaza, toujours à la limite d’un désastre humanitaire. Rien n’a été fait par Israel pendant la trève pour desserrer le blocus qui est à l’origine de cette situation.
Il n’est pas acceptable qu’Israel s’érige en justicier pour déclarer illégitime la présence du Hamas à Gaza. Je reviendrai dans une prochaine chronique sur l’évolution qui a conduit à la victoire de ce mouvement aux élections palestiniennes de 2006 puis à sa prise de contrôle à Gaza. La politique israélienne en est au demeurant largement responsable. Mais, quoi qu’il en soi, cette évolution a eu lieu. Le Hamas n’est pas le diable: c’est un mouvement palestinien qui a des positions que l’on peut certes ne pas partager mais qui n’en devient pas illégitime pour autant et avec lequel il faudra bien un jour ou l’autre discuter.
Faute de quoi c’est vers Israel lui-même qu’il faudra retourner l’accusation de terrorisme.

Jacques Fournier
(07/04/2009)


mots-clés: