Retrouver Epiméthée: technologie et développement à l’aube du troisième millénaire | babelmed
Retrouver Epiméthée: technologie et développement à l’aube du troisième millénaire Imprimer
babelmed   
  Retrouver Epiméthée: technologie et développement à l’aube du troisième millénaire | babelmed « Dialogue»: le mot est galvaudé, et s’il se rabâche à l’infini c’est souvent pour mieux masquer l’absence d’une vrai parole. L’envie de « comprendre ensemble » n’en est pas moins légitime et donne lieu parfois à un véritable espace de débat et de confrontation.

Alors ne ratez pas l’occasion que vous offre Trani. Pour la quatrième édition de ses «Dialogues», cette jolie ville des Pouilles accueille du 30 septembre au 2 octobre, penseurs, universitaires, auteurs, écrivains en herbe, associations, opérateurs sociaux, professionnels de la culture... pour amorcer une réflexion sur les perspectives de développement dans le monde à l’aube de ce troisième millénaire.

Prométhée est un titan qui vole le feu pour le remettre aux hommes car son frère, Epiméthée, en prenant Pandore pour épouse a tout gâché. Pandore a laissé échapper de son vase tous les maux de la terre abandonnant les hommes, désormais nus et sans défense, à leur funeste sort. C’est précisément ce mythe qui sera le point de départ des rencontres de Trani.

Le feu de Prométhée et son emblème actuel, le progrès technologique, ont changé le monde. La consommation d’hydrocarbures a des répercussions climatiques inquiétantes. L’effet de serre pourrait bien être à l’origine des grandes catastrophes naturelles qui ont plié récemment plusieurs régions du monde. Cet effet est pour le moment limité, puisque seule une petite partie de l’humanité jouit du bien être et de la satisfaction de besoins en perpétuel essor.

Il est inacceptable que quelques centaines de millions d’habitants de l’Occident industrialisé continuent à bénéficier de privilèges qui sont niés à des milliards d’individus. Mais il n’est pas pour autant concevable que la planète survive à une consommation illimitée du pétrole. C’est pourtant ce que s’apprêtent à faire un milliard deux cents millions de Chinois qui, à l’exemple des pays industrialisés, attendent impatiemment d’avoir une voiture et demandent à leur économie de s’adapter à cette inéluctable exigence.


Paradoxes et dangers d’un développement aveugle hanteront inévitablement les trois rencontres des "dialogues de Trani" animées par Marino Sinibaldi, vice directeur de Radio 3 Rai et présentateur de de l’émission Farenheit: îlot de culture, d’intelligence et de débat qui se détache de la bêtise médiatique régnant sur la botte.

Rien de tels que la culture pour exprimer et transcender les grands problèmes sociétaux. Le groupe Radiodervich présentera le vendredi un spectacle mêlant paroles et musiques. Ce parcours musical reprendra les principaux morceaux du groupe en offrant la lecture des textes littéraires qui les ont inspirés. Ces textes lus par le comédien Giuseppe Battiston, acteur privilégié du réalisateur Silvio Soldini, sortent d’un répertoire aussi vaste qu’hétéroclyte: poèmes des mystiques Farid ad din Attar et Roumi, lettres de prison d’Antonio Gramsci, passages de l’ancien Testament réécrit par Sainte Thérèse d’Avila, fragments de Chabra et Chatila de Jean Genêt...

Entre mythes et réalités, angoisses et espoirs, les dialogues de Trani et ses protagonistes nous invitent au plus vite à une réflexion salutaire, collective et constructive.

«Egalité et privilège» (vendredi 30 septembre)
«Si la Chine prend l’automobile» (samedi 1 octobre)
«Vivre sans pétrole» (dimanche 2 octobre)
mots-clés: