Al wassl, Plateformes Arts en Méditerranée | babelmed
Al wassl, Plateformes Arts en Méditerranée Imprimer
babelmed   
Al wassl, Plateformes Arts en Méditerranée | babelmedLes créateurs arabes n’ont certes pas attendu les grands bouleversements que connaissent leurs societés pour échanger autour de leurs pratiques, ils ont même contribué de manière significative, grâce à l’audace de leur production, aux nouveaux horizons qui se profilent dans leur region. C’est en prise direct avec cette effervescence artistique que le théâtre Jean Vilar propose avec ses nombreux partenaires méditerranéens cette nouvelle édition d’Al wassl.

L’ouverture sur le monde arabe du théâtre Jean Vilar ne date pas d’hier. Créé en 1972, le Théâtre de Vitry a tissé avec nombre de créateurs et de pays étrangers des relations étroites: compagnonnages au long cours, actions artistiques avec des groupes dʼhabitants, échanges avec des territoires éloignés qui peuvent entrer en résonance avec les réalités de Vitry. Avec le Maghreb, deux compagnonnages ont été fondateurs : avec la chorégraphe tunisienne Imen Smaoui et le chorégraphe franco-algérien Kader Attou / Cie Accrorap CCN de La Rochelle. Avec le Moyen-Orient, le Théâtre Jean-Vilar fut coproducteur de 1999 à 2009 de Nuits Guerrières de Gilles Zaepffel créé au Liban puis accueilli à la Grande Halle de La Villette à Paris; de deux spectacles de Ramzi Choukair avec lʼOpéra de Damas, Al Zir Salem et le Prince Hamlet et LʼAssemblée des femmes ; de Rituels de Saadallah Wannous mis en scène par Fida Mohissen.

“L'objectif des Plateformes” annoncent les organisateurs d’Al wassl, Plateformes Arts en Méditerranée “est de rassembler une fois par an des écritures théâtrales, chorégraphiques et musicales qui naissent aujourd'hui parmi les artistes des peuples rassemblés par le bassin méditerranéen, et de les confronter aux publics multiples de ces pays, qui trouveront des formes inédites de dialogue entre eux autour des écritures.” Objectif atteint : la programmation, époustouflante, mêlent les différentes expressions du spectacle vivant, les rencontres-débats, les ateliers de formation (voir programme ci-dessous).

L’esprit des Plateformes
“Ce qui se passe là-bas nous est utile ici, et vice-versa. À condition dʼêtre ensemble.”
Gérard Astor, directeur du Théâtre de Vitry

Ces Plateformes sont nées de la production, en 2005, par le Théâtre Vitry et la Direction des Théâtres de Syrie, de lʼœuvre de Ramzi Choukair « Al Zir Salem et le Prince Hamlet », grande réflexion sur la nature du pouvoir autocratique fomenteur de guerres intestines. Des collaborations se sont succédé entre Vitry et Damas, qui ont ouvert le dialogue.Après la première édition qui eut lieu à Damas en novembre 2010, la seconde, organisée par le Théâtre de Vitry, se déroule au cœur de révoltes de peuples arabes qui apparaissent comme autant de promes, forts aussi de leurs liens, explicites ou non, avec ceux qui peuplent les autres bords de la Méditerranée. Cʼest ce dialogue auquel nous convions le public, à travers spectacles, débats et rencontres, pour rendre solides les ponts qui nous relient. Des spectacles dʼabord, de France, de Tunisie, dʼÉgypte, de Gaza, de Chypre, de Syrie, dʼItalie. Des rencontres aussi avec des comédiens, danseurs, chanteurs, musiciens, auteurs, metteurs en scène et chorégraphes, vidéastes, intellectuels et universitaires…

Avec des collaborations: le Théâtre El Hamra à Tunis, la Compagnie Gilgamesh, lʼInstitut Supérieur des Techniques du Spectacle dʼAvignon, la Plateforme Siwa, les Scènes Nationales dʼÉvry et de La Roche-sur-Yon, le Théâtre Massalia à Marseille. Le monde se bâtit au présent et dans lʼinterconnexion. Ce qui se passe là-bas nous est utile ici, et vice-versa. À condition dʼêtre ensemble.

Ramzi Choukair, directeur dʼAl Wassl

Ils ont poussé un homme à sʼimmoler par le feu.
Ils ont crevé les yeux dʼun autre.
Ils ont écorché vif celui-là.
Ils ont arraché la gorge dʼun chanteur
et ont jeté son corps dans la rivière dʼAl-Aassi.
Ils ont brisé les doigts dʼun peintre.
Ces héros mi-homme mi-dieu ont amené les peuples arabes à atteindre la
catharsis. Ils sont lʼincarnation de lʼacte théâtral premier : ils ont fait revivre les
personnages du théâtre grec. Grâce à eux, des millions de personnes sont
sorties pour chanter cette gorge arrachée. Des doigts ont dessiné le signe de la
victoire. Des peuples ont vu la vérité et se sont vêtus de liberté pour protéger
leurs existences.
Lʼéquipe et lʼespace du Théâtre Jean-Vilar de Vitry, sous la direction de Gérard
Astor, ouvrent leurs portes aux Plateformes Arts en Méditerranée pour
permettre aux voix des artistes de sʼexprimer dans cette 2ème édition.

Les objectifs d’Al Wassl
En 2010, la 1ère édition pilote dʼAl Wassl s’est tenue à Damas en Syrie, montrant tant aux artistes quʼaux institutions et partenaires tout lʼintérêt et le potentiel de ce projet. Aujourd’hui c’est donc au théâtre Jean Vilar d’accueillir avec le concours des Scènes nationales dʼÉvry et La Roche-sur-Yon (residence théâtrale), et du Théâtre Massalia, Marseille, les artistes de la seconde édition qui devrait se poursuivre en 2012 avec le Théâtre el Hamra de Tunis. Un projet d’accueil est également en cours d’élaboration dans le cadre de Marseille, capitale européenne de la culture en 2013.

Ces Plateformes favoriseront ainsi les échanges entre les équipes artistiques, dans la diversité des cultures et des pratiques de leurs pays respectifs. Elles leur permettront de nourrir ces derniers de nouvelles sensibilités sur les démarches artistiques et de créer des passerelles entre les artistes et entre les pays eux-mêmes en faisant circuler les productions, les artistes et les actions menées conjointement.

Elles seront aussi lʼoccasion de former les jeunes artistes locaux, ells permettront aux publics de sʼengager dans la dynamique dʼune création théâtrale qui lie aujourdʼhui les trois rives du bassin méditerranéen. Elles pourront susciter des collaborations multiples.

Al wassl, Plateformes Arts en Méditerranée | babelmed
Programme
Il faut vraiment prendre la peine d’ouvrir le programme détaillé de la manifestation (cf. pdf joint) tant elle est riche. Metteurs en scène, comédiens, danseurs, créations, réflexions…y sont présentés de manière plus exhaustive que le programme ici résumé et dont on retiendra:
la soirée d’ouverture, le 6 novembre , avec Symfonia Piesni Zalosnych , la chorégraphie de Kader Attour, danseur chorégraphe franco-algérien, une pièce pour 10 danseurs qui évoluent au gré d’un questionnement intime sur les origines, le métissage, l’altérité.
  • Le jeudi 10 novembre , The End , la pièce théâtrale en dialecte tunisien (surtitrée en français) du duo Leila Toubel et Ezzeddine Gannoun, produite par le théâtre El Hamra de Tunisie. Le spectacle sera suivi d’un débat.
  • Le 11 novembre , le public sera convié à une soirée–débat sur Art et révolution en Tunisie , avec la participation de Ezzeddine Gannoun et Leïla Toubel (Théâtre El Hamra),Yaghouta Belgacem (Siwa), Adel Habassi (Université de Tunis), Imen Smaoui, chorégraphe (Tunisie) et Fabien Barontini (Festival Sons dʼHiver).
  • La musique sera au coeur de la soirée du 18 novembre , avec le Rap du Gaza Team (France, Algérie, Gaza) et le jazz oriental venu d’Egypte du El Beshir , El Dor El Awal .
  • Mercredi 23 novembre sera consacré à l’immense dramaturge syrien Saadallah Wannous . Né en 1941 en Syrie, ses pièces ont marqué le théâtre syrien et arabe et sont traduites dans de nombreuses langues. La soirée s’articulera en deux moments avec la projection du documentaire de Omar Amiralay Il y a tant de choses à raconteur et une lecture-rencontre autour de Miniatures (mise en voix Fida Mohissen, avec cinq comédiens- Cie Gilgamesh ).
  • Vendredi 25 . Le Jasmin lʼemportera s’inscrit avec ses installations vidéos dans le cadre du projet “Artistes des insurrections” porté par la plateforme SIWA et la galerie Talmart de Paris, en partenariat avec la revue en ligne Alawan. De jeunes artistes du Maghreb, du Machrek et de l’Iran ont répondu à l’appel des organisateurs en leur confidant les videos qu’ils avaient réalisées soit au Coeur des événements qu’ont connu leurs pays, soit à l’écart. Un débat est également prévu sur les “Artistes des insurrections arabes” , animé par Raja Ben Slama, psychanalyste et universitaire (Tunisie). Avec la participation entre autres de Ezzedine Gannoun, metteur en scène (Tunisie) et de Waleed Al Abd, metteur en scène (Libye).
  • Le Théâtre de L’Agora, Scène Nationale Evry-Essonne, présentera samedi 26 novembre la pièce théâtre Une femme seule (Italie, Syrie) de Dario Fo et Franca Rame, mise en scène Amal Omran, avec Nanda Mohammad. Amal Omran, diplômée de lʼInstitut dʼArt Dramatique de Damas, a travaillé en France aux côtés dʼAriane Mnouchkine, aux Etats-Unis et en République Tchèque. Le spectacle sera suivi de Iphigenia in orem (Chypre) dans une mise en scène de Andreas Christodoulides – Cie Theatro Ena. Cette fable contemporaine est inspirée du mythe grec dʼIphigénie.
  • Concert exceptionnel, Dimanche 27 novembre , avec Horizons (Syrie), textes, composition, chant Samih Choukeir, Avec Elie Maalouf (Piano), Fabricio Nicolas (bassiste), Yousef Zayed (percussions), Issa Murad (Oud), Philippe Botta (flûtes, saxophones).
  • Horizons est un tour de chant sur fond de jazz oriental, qui mêle cultures orientale et occidentale. Chanteur, poète et musicien syrien, Samih Choukeir a toujours eu à cœur depui 30 ans de célébrer la liberté humaine et celle des peuples, mais aussi de chanter la vie et la beauté qui nous entourent.
  • Le mardi 29 novembre sera réservé au jeune public (+ 9 ans) avec le spectacle de théâtre Les grands dictateurs (Italie), avec Bruno Stori et Letizia Quintavalla du Teatro delle Briciole. En compagnie dʼun écriteau « Moi je me trompe jamais », Bruno Stori, seul en scène, nous livre sans complexe la recette pour devenir dictateur. Il promet du travail pour tous et demande que chacun ne jure que par lui ; il ordonne que soit éliminée toute personne en désaccord avec ses idées…Du déjà vu dans la réalité adapté au théâtre.


Pour retrouvez la programmation actualisée, des extraits vidéos des spectacles et
des interviews des artistes:

www.theatrejeanvilar.com
www.plateformes-alwassl.org

Contacts
Théâtre Jean-Vilar 1 place Jean-Vilar 94400 Vitry-sur-Seine
Administration 01 55 53 10 70
Réservations 01 55 53 10 60
www.theatrejeanvilar.com
contact@plateformes-alwassl.org

Relations Presse
Bureau Sabine Arman
01 44 52 80 82
info@sabinearman.com

Accès
À 15 mn de la Porte de Choisy :
En voiture par la N305 tout droit jusquʼà lʼHôtel de Ville de Vitry, le Théâtre est juste en
face. Parking Mairie gratuit les soirs de spectacle.

En transports
M° Porte de Choisy + Bus 183 arrêt Hôtel de Ville / M° Villejuif Louis-Aragon + Bus 180
RER C Vitry + Bus 180
Navettes AR depuis Châtelet sur certains spectacles. Se renseigner et réserver auprès
du théâtre, au 01 55 53 10 60.

Le Théâtre Jean-Vilar est entièrement accessible aux personnes en situation de handicap.


Al wassl, Plateformes Arts en Méditerranée


Direction
Ramzi Choukair

Co-direction artistique
Fida Mohissen

Coproduction
Théâtre Jean-Vilar, Vitry-sur-Seine
Compagnie Gilgamesh, Avignon

Partenaires
Théâtre El Hamra, Tunis
ISTS, Avignon
La Friche La Belle de Mai, Marseille

Avec le concours pour cette 2ème édition des Scènes Nationales d’Évry et de La Roche-
sur-Yon, du Théâtre Massalia à Marseille, de Siwa Plateforme, du Conseil Général du Val-
de-Marne et de l’association Ensemble pour l’avenir.

mots-clés: