Les dunes électroniques: évasion en musique aux portes du Sahara | Hydea, Nefta, désert tunisien, musique électronique, sonorités underground, Hi Life, Panda Events, Tunisien Hearthug
Les dunes électroniques: évasion en musique aux portes du Sahara Imprimer
babelmed   

Les dunes électroniques: évasion en musique aux portes du Sahara | Hydea, Nefta, désert tunisien, musique électronique, sonorités underground, Hi Life, Panda Events, Tunisien Hearthug

Quelques jours seulement nous séparent de la manifestation dédiée aux accrocs de musique électronique et de sonorités underground. Ce rendez-vous souffle en effet ses deux bougies avec une seconde édition qui se déroulera (du 20 au 22 février) à Nefta, petite localité du sud-est tunisien cernée par les dunes du désert.

Poussé sur un territoire marginalisé, frappé par le problème endémique de la désoccupation qui frappe une bonne partie de ses jeunes, y compris ceux dotés d’un diplôme universitaire, ce festival a créé un vrai débouché économique dans la région. C’est en effet un exemple significatif de la manière dont la culture peut produire de la richesse, en permettant de vivifier les structures existantes et d’en générer d’autres dans des zones désoeuvrées, longtemps abandonnées par le pouvoir central tunisien.

Organisé par le groupe Hi Life et par l’agence Panda Events (à qui l’on doit d’importants événements musicaux) “Dunes électroniques” contribue aussi depuis deux ans à relancer le tourisme en attirant un vaste public provenant de toute la Tunisie, des autres pays du Maghreb, et de l’Europe.

Aujourd’hui, les jeunesses du monde entier sont connectées sur les mêmes musiques, en phase avec ce qui se passe aux quatre coins du globe. S’ils forment librement leurs goûts sur internet où il n’y a pas de frontières, ils sont frustrés dans leurs aspirations à se rendre dans des festivals en Europe pour écouter leurs dj et leurs musiciens préférés. Car n’oublions pas que les jeunes de la rive sud de la Méditerranée ne disposent pas du même droit à la mobilité que ceux du nord. C’est pourquoi en permettant à tout le monde d’assister aux deux journées de “Dunes électroniques”, ce festival répare en partie une injustice. Certes tous les jeunes de la région n’ont pas la possibilité économique de s’y rendre, mais au moins ils ne sont plus frappés par l’interdiction d’y assister faute de visa.

Revenons à la manifestation. Après le succès éclatant de la première édition qui a rassemblé environ 7000 spectateurs, ce second rendez-vous de la musique électronique devrait enregistrer un nouveau record d’affluence. Répondront cette fois-ci encore à l’appel quelques milliers de fans de musiques électroniques, auxquels s’ajoutent les voyageurs désireux de découvrir une région peu connue. Ils ne seront pas déçus par ce lieu ancré aux portes du Sahara, dans une atmosphère et des paysages particulièrement suggestifs, et dont les traditions culturelles ont su maintenir leur authenticité.

Grâce à l’aide du ministère du Tourisme tunisien, outre les structures d’accueuil locales, les organisateurs sont parvenus à impliquer plusieurs agences de voyages et TunisAIR pour proposer des formules combinant voyage et hébergement. Ceux qui souhaitent profiter du festival pour passer quelques jours en Tunisie auront la possibilité, pour un prix modique, de se déplacer facilement jusqu’à Nefta, dans une région reculée de la Tunisie, d’ordinaire mal desservie par les transports. Ils pourront également se loger sur place, à partir de 40 dinars (environ 17 euros).

 

Les dunes électroniques: évasion en musique aux portes du Sahara | Hydea, Nefta, désert tunisien, musique électronique, sonorités underground, Hi Life, Panda Events, Tunisien Hearthug

 

Le programme

Cette seconde édition décline sur trois jours une riche programmation, élaborée à partird'une approche transversale et multi-disciplinaire. Un des objectifs du festival, expliquent ses organisateurs, est en effet de faire partager des contenus artistiques de haut vol tout en démontrant que -trois ans après la révolution- de nombreux projets de qualité ont vu le jour dans le pays. Ce potentiel culturel peut être un remède important à la désaffection du tourisme traditionnel qui a affecté l’économie tunisienne.

Durant la manifestation, le café El Ferdaous, dans la magnifique palmeraie de Nefta, se transformera en salle de cinéma en plein air réservée et accueillera films et documentaires signés par des réalisateurs tunisiens.

Stéphane Brasca animera une résidence d’artistes ouverte aux photographes dont les images racontent le contexte urbain, l’environnement et la citoyenneté. Les projets réalisés seront présentés dans une exposition ad hoc.

Pour rendre hommage à la danse contemporaine tunisienne, qui représente depuis des années une des avant-garde du monde arabe, des danseurs et chorégraphes de dimension internationale comme Rochdi Belgasmi et Seifeddine Manai présenteront avec Jean Florès (directeur du théâtre de Grasse)un spectacle faisant confluer danse et musique électronique.

La section des installations plastiques, conçue par l’Institut Français et Antavi proposera une création du compositeur mexicain Murcof et de l’artiste Simon Geilfus, intitulée “Monolith”. Cette expérience visuelle, définie dans le programme comme “physique et contemplative” s’insèrera dans le paysage lunaire de la légendaire planète de Star Wars.

 

Les événements musicaux

Le 20 février à Nefta, à 18h, le festival ouvrira avec le djset d’un des musiciens tunisiens les plus appréciés du moment : Znaidi. Suivront les live de Skndr, Deena Abdelwahed e Haze-M. Le 21, dans le décor fascinant de la planète Tatooine à Ong Jmel, là où George Lucas tourna Star Wars, se succèderont de 12h à 21h le Danois Kølsch, les Français Julina Jeweil, Popof e N’to et le Tunisien Hearthug. La soirée s’achèvera avec le collectif franco-tunisien Fabrika Crew, et une sélection du musicien Chill Out. Le 22 février, de 12h à 21h de nouveau à Ong Jmel, se produiront l’américain Derrick May considéré comme un des fondateurs du mouvement techno dans le monde, les Tunisiens Enfants Malins de Montréal, et le duo français Cardini & Shaw. Suivra le sound hypnotique di Francesco Tristano (Luxembourg), Fakear (France) e Fabrika Crew.

 


 

Contenu produit en collaboration avec Med Culture