Grande première à Tripoli | Ben Boubaker Youssef, Miadeen, Silvium d’Or
Grande première à Tripoli Imprimer
Ben Boubaker Youssef   

Longtemps marginalisée, durant des décennies en Libye, la culture est en train de retrouver ses lettres de noblesses grâce au vent de liberté qui souffle sur le pays dans le sillage du printemps Arabe. Ainsi la ville de Tripoli va se doter fin juin prochain de son premier festival du cinéma arabe et méditerranéen dédié, à juste titre, au « printemps arabe ».

Signe de la reprise de la vie culturelle et artistique en Libye, les nouvelles autorités du pays ambitionnent de redonner à la capitale Tripoli son rôle dans le paysage culturel arabe et méditerranéen en la dotant d’un festival de films célébrant le cinéma arabe et méditerranéen.

Cette annonce faite au moment où le pays vit en plein ébullition des préparatifs des premières élections démocratiques dans le pays, depuis des décennies, prévue le 19 juin prochain, montre la volonté des Libyens de transcender tous les défis pour normaliser la vie politique et sociale de leur pays.
Ils veulent résolument se tourner vers l’avenir et faire recouvrer à leur pays sa place parmi les nations du monde.
Consacré au cinéma arabe et méditerranéen, ce premier festival qui se déroulera fin juin prochain dans la capitale Tripoli, est organisé, selon le journal culturel libyen «Miadeen», par le ministère de la Culture et de la société civile.

Ce festival dont les préparatifs vont bon train sera le premier de son genre en Libye et mettra en compétions des films à moyen et court métrage traitant du printemps arabe.
Le choix du thème de cette première édition a donc porté sur ce mouvement de révolte qui a secoué nombre de pays arabes, destituant des régimes dictatoriaux et libérant les populations du joug de l’oppression, de la tyrannie, et de la pensée unique.
Initié par le plus souvent par des jeunes qui en furent les principaux instigateurs grâce à l’usage des réseaux sociaux sur Internet, cet élan de révolte a revendiqué la dignité, la liberté et la démocratie des valeurs universelles indissociables des droits de l’homme.

Pour les analystes de la scène culturelle libyenne ce choix est symbolique au regard les affres subis par l’art et la culture sous le règne de Kadhafi qui avait pour seul modèle d’inspiration le Livre Vert.
La culture était marginalisée, il n’y avait aucune manifestation culturelle ou artistique ni d’envergure nationale ni internationale malgré la richesse du patrimoine traditionnel, de la civilisation millénaire libyenne et de sa culture.

La position géographique de la Libye la place au carrefour des civilisations entre le monde arabe et européen, et entre l’Afrique et l’Occident, c’est pourquoi le pays sera amené à jouer un rôle privilégié dans le dialogue culturel en Méditerranée.

Grande première à Tripoli | Ben Boubaker Youssef, Miadeen, Silvium d’Or

Les compétitions du festival se limiteront pour cette première session aux documentaires et des courts métrages avec l’ambition de chercher à se développer dans les années à venir afin d'inclure les longs métrages.
Un comité préparatoire du festival a été mis en place pour veiller sur le choix des œuvres cinématographiques et leur programmation dans la compétition.
Les lauréats du concours dans le cadre de ce festival se verront décerner dans les catégories documentaires et courts métrages trois récompenses, en plus du prix de la meilleure contribution artistique.

D'autres récompenses seront discernées en marge de la compétition officielle par les clubs de cinéma et les associations artistiques ont indiqué des sources auprès du comité d’organisation.
Selon ces mêmes sources, le grand prix du festival porte le nom « Silvium d’Or », du nom d’une plante qui pousse en Libye depuis l'époque grecque. Deux autres prix l’un en argent l’autre en bronze seront attribués aux gagnants dans les compétitions de ces deux catégories.
Les films en compétitions seront pour certains, projetés en technologie numérique et pour d'autres sur le CD et "DVD", en plus des films 35 mm.

Grande première à Tripoli | Ben Boubaker Youssef, Miadeen, Silvium d’OrLe festival comprend également une manifestation intitulée "Panorama" consacrée aux films du bassin méditerranéen ainsi la projection des œuvres de fiction de longs métrages, en plus d’une section de courts métrages de jeunes en provenance de Libye.
Placée sous la présidence du critique et cinématographe libyen Ramadan Slim, ce festival qui est supervisé par le ministère de la Culture et de la société civile, est soutenu par des parties privées.

Cet événement ne manquera pas permettre la renaissance de la vie culturelle en Libye, après 42 ans de marginalisation sous l’ancien régime.

En effet, il intervient comme une bouffée d’air frais qui ne manquera pas d’apporter une renaissance à la scène culturelle du pays.
Les artistes libyens songent déjà à d’autres festivals tels que de musique, de peinture, de théâtre et autres arts au grand bonheur d’un public assoiffée après tant d’années de sevrage et qui ne peut qu’en redemander.



Ben Boubaker Youssef
28/05/2012