Retour à Haïfa (d’après Ghassan Kanafani) | Antonia Naim
Retour à Haïfa (d’après Ghassan Kanafani) Imprimer
Antonia Naim   
  Retour à Haïfa (d’après Ghassan Kanafani) | Antonia Naim Retour à Haïfa est le dernier récit publié par l’ écrivain palestinien Ghassan Kanafani avant son assassinat par les services secrets israéliens en 1972. Le metteur en scène Jean-Luc Bansard a adapté ce magnifique texte qui traitait des réfugiés palestiniens et qui reste malheureusement très actuel. Il est à l’affiche à la Cartoucherie de Vincennes et raconte l'histoire d'un couple de Haïfa, Safia et Saïd, brutalement expulsés de leur ville par les Israéliens en avril 1948. Tellement brutalement qu'ils ne pourront emmener leur bébé resté à leur domicile. Et, 20 ans plus tard, au lendemain de la guerre de 1967, lorsqu’ils sont autorisés par les Israéliens à venir visiter leur ancienne maison, ils découvrent qu'elle est occupée par une Israélienne, juive polonaise, Myriam, et par son fils… Mais à qui est donc ce fils?

«Bien qu'ancrée dans le réel du XXe siècle, cette fable universelle reprend le mythe trois fois millénaire du jugement de Salomon: un enfant pour deux mères, deux peuples pour une terre, à qui appartient l'enfant? Notre enjeu artistique: toucher du doigt la profondeur d'une tragédie qui a trop duré. Evaluer, dessiner les drames personnels enfouis durant 20 ans de silence. La Petite Histoire de deux familles nous permet de prendre de la distance avec la Grande Histoire...» explique le metteur en scène Jean-Luc Bansard.
La pièce est interprétée par des comédiens et par des musiciens originaires du Proche Orient, du Moyen Orient et du Maghreb, dont Sara Alexander, israélienne, et Nicolas Damuni, palestinien. Retour à Haïfa (d’après Ghassan Kanafani) | Antonia Naim Ghassan Kanafani est né en 1936 à Akka (St Jean d'Acre), sur le littoral de la Galilée, en Palestine. Instituteur à Damas en 1953, il s'installe ensuite au Koweït puis à Beyrouth, et collabore à divers journaux avant de diriger en 1969 l'hebdomadaire Al-Hadaf, organe du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Pendant cette période, il publie des nouvelles, une pièce de théâtre et plusieurs romans. Il participe à la création de la première revue littéraire palestinienne. Il est assassine par les services secrets israéliens le 8 juillet 1972. Il avait trente-six ans. Actes Sud a édité en français ses nouvelles Des hommes dans le soleil (Sindbad, 1977) et Retour à Haïfa et autres nouvelles (1997). Les éditions Stock ont publié Contes de Palestine, 1979 (épuisé).
Une magnifique pièce à l’affiche pour trois jours seulement. A ne pas rater. Antonia Naim
mots-clés: