Prix International du Documentaire et du Reportage Méditerranéens | Enjeux Méditerranéens, Come un uomo sulla terra, Andrea Segre, Dagmawi YIimer, Riccardo Biadene, Marie Bossaert
Prix International du Documentaire et du Reportage Méditerranéens Imprimer
Marie Bossaert   

Après 4 jours de visionnage, les membres des 2 jurys (“Documentaire” et “Reportage”) ont attribué les prix dans les différentes catégories. La cérémonie officielle s’est déroulée lundi 14 décembre au Palais de la bourse, à Marseille.

//"Come un uomo sulla terra" de Andrea Segre, Dagmawi YIimer et Riccardo Biadene"Come un uomo sulla terra" de Andrea Segre, Dagmawi YIimer et Riccardo Biadene

Palmarès de la section « documentaire »
Le jury présidé par l'écrivain égyptien Khaled Al-Khamissi a remis le Grand Prix "Enjeux Méditerranéens" au film italien "Come un uomo sulla terra" de Andrea Segre, Dagmawi YIimer et Riccardo Biadene.
De l’Ethiopie à l’Italie, en passant par la Libye, le film lauréat est une plongée dans l’horreur de l’immigration. Dag étudiait le droit à Addis-Abeba, en Ethiopie. En raison de la forte répression politique dans son pays, il décide d'émigrer. En 2005, il traverse le désert entre le Soudan et la Libye. En Libye, il est confronté à la violence des passeurs pour la Méditerranée, mais aussi et surtout aux abus de la police libyenne, qui opère des arrestations aveugles et des expulsions dans des conditions inhumaines. Dag survit, et arrive par mer à Rome, où il fréquente l'école Asinitas Onlus (productrice du film), point de rencontre de nombreux immigrés africains. Il décide de recueillir les souvenirs de leur terrible voyage à travers la Libye, et de briser la chape de plomb qui pèse sur ces événements dramatiques.
Andrea Segre, est né en 1976. Après des études en sociologie de la communication à Bologne, il s’engage dans la coopération internationale et dans des projets interculturels en Italie, Europe de l'Est, Méditerranée et Afrique de l'Ouest. Il a écrit et réalisé plusieurs documentaires, depuis "Lo sterminio dei popoli zingari" en 1997, jusqu’à, récemment, "A Sud di Lampedusa" (2006) et "la Mal’Ombra" (2007).

Le Prix "Mémoire de la Méditerranée" a été remis à "Bucarest, la mémoire perdue" d’Albert Solé (Espagne). Albert, journaliste né en 1962 en exil, part à la recherche de ses racines, de celles de son père, Jordi, militant antifranquiste qui a quitté l’Espagne dans les années 1960. A présent, ce dernier connaît un nouvel exil intérieur: la maladie d’Alzheimer. A travers cette histoire personnelle sont abordés des sujets plus vastes, notamment la clandestinité, les derniers jours de la Dictature et la Transition démocratique espagnoles, et surtout l’enfance atypique d’un fils de progressistes ayant vécu en accord avec leurs idées. Alors que Jordi perd sa mémoire, Albert essaie de la récupérer.
Le réalisateur est né à Bucarest en 1962. Il possède les nationalités hongroise, française et espagnole. Après avoir été journaliste de presse écrite, il a travaillé à la télévision espagnole. Depuis 2000, il réalise des films documentaires.
Le film était en compétition avec "Armando e La Politica" , de Chiara Malta (France), qui a remporté le Prix Spécial du Jury . Dans cette histoire de famille, le citoyen Berlusconi occupe la place centrale, jusqu’à changer du tout au tout les habitudes d’Armando, le père... Autres challengers : "La Chine est encore loin", de Malek Bensmail (voir l’entretien réalisé par Ghania Mouffok pour Babelmed), et "Nos Lieux Interdits", de Leïla Kilani, sur les années de plomb au Maroc.

Le Prix "Première Œuvre documentaire" a été remis à "Welcome to Hebron" de Terje Carlsson (Suède). A Hebron, en Cisjordanie, la cohabitation entre Israéliens et Palestiniens vire parfois au cauchemar. Le spectateur est invité à y suivre Leila, jeune musulmane à la forte personnalité.
C’est "Faces" de Gérard Maximin (Suisse), qui a remporté le Prix "Art, Patrimoine et Cultures de la Méditerranée" . " Faces" retrace l’histoire d’une grande exposition de photos de Palestiniens et d’Israéliens, présentée des deux côtés du mur, et s’interroge sur la possibilité qu’ont l’art et le rire de faire reculer les préjugés.

Prix International du Documentaire et du Reportage Méditerranéens | Enjeux Méditerranéens, Come un uomo sulla terra, Andrea Segre, Dagmawi YIimer, Riccardo Biadene, Marie BossaertPalmarès de la section « reportages-magazines »
Le prix "Reportage d'investigation" a été décerné au film français "Main basse sur l'Europe" , d’Agnès Gattegno, sur la N’drangheta (mafia calabraise). Le prix "Sports en Méditerranée" est allé à "Chi ga vinto ? " d’Enrico Lando, un voyage dans le monde du rugby en Italie. Enfin, le prix "Faro d'Oro" du magazine de télévision a récompensé "Grand Angle" , diffusé par 2M (Maroc).
Quant aux trois prix à la diffusion , ils ont récompensé "Armando e La Politica" (prix France 3 Corse), "Gerboise Bleue" de Djamel Ouahab (prix EPTV, Algérie), et "Faces" (prix TV5 Monde).

 


Marie Bossaert
(16/12/2009)