Le cinéma de la Méditerranée à Montpellier | Antonia Naim
Le cinéma de la Méditerranée à Montpellier Imprimer
Antonia Naim   

Le cinéma de la Méditerranée à Montpellier | Antonia NaimQuelles images produit-on en Méditerranée? Comment soutenir l’émergence de nouvelles écritures, de nouveaux talents? Comment faire circuler les œuvres et les artistes? Quel regard porter sur le cinéma de patrimoine et sur le documentaire du bassin méditerranéen?
Ce ne sont que quelques unes des questions qui vont traverser la 31e édition du festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier, ouvrant ses portes ce 23 octobre et jusqu’au 1er novembre avec un programme de 236 films, dont 46 en compétition.
Impossible de citer dans le détail la riche programmation, sur laquelle nous reviendrons, signalons déjà les avant-premières de deux cinéastes espagnols Alejandro Amenábar ( Agora ) et Marc Recha ( C’est ici que je vis ), de l’italien Marco Bellocchio qui reviens sur le fascisme italien et ses histoires secrètes ( Vincere ), du cinéaste algérien Merzak Allouache ( Harragas ), qui nous amène à Mostaganem, sur les côtes algériennes, où un passeur se charge de rassembler un groupe de candidats à la traversée vers l'Espagne…
Parmi les films en compétition, In the Land of Wonders , de Sorak Dejan (Croatie, 2009), Un-zéro , de Kamela Abu Zekri (Égypte, 2009), Strella , de Panos H. Koutras (Grèce, 2008), Canine , de Yorgos Lanthimos (Grèce, 2009).
A l’occasion de la saison de la Turquie en France les productions turques seront aussi présentes, accompagnées par une exposition de photographies d’Istanbul réalisées par Ara Güler.
Le festival programme également une rétrospective de 11 films de genre tournés par de jeunes cinéastes espagnols, «Cinéma fantastique espagnol, la nouvelle génération».
Elio Petri, dont les films sont invisibles en France depuis plusieurs années, est à l’honneur, avec un hommage, une rétrospective, et une table ronde le dimanche 25 octobre qui fera le point sur le travail de ce cinéaste engagé. Une autre œuvre italienne « invisible » sera projetée au festival, et nous amènera à Alger, en 1935, L’étranger , de Luchino Visconti, d’après le roman d’Albert Camus.
D’autres tables rondes devraient rassembler les spectateurs autour du rôle culturel du cinéma en Méditerranée. Comment le cinéma peut-il participer au libre échange et à la libre circulation des idées et des expressions culturelles? , animée par le cinéaste marocain Nabil Ayouch, se déroulera en parallèle à la programmation des documentaires qui traitent ce thème: Les Damnés de la mer (24 octobre, 12h), Kalandia, histoire d'un poste de contrôle (28 octobre, 12h), La dernière saison: les chawaks (27 octobre, 18h). Un autre débat portera sur La presse et l'Internet, la critique cinématographique et les blogs avec la participation de nombreux professionnels, le mercredi 28 octobre.
N’oublions pas la carte blanche à Emmanuel Mouret, dont le festival présente aussi une dizaine de titres. Mais on n’en finirait pas des cinquante pages du programme…

Le cinéma de la Méditerranée à Montpellier | Antonia Naim
Jean-François Bourgeot

Le festival affirme encore une fois une démarche originale, savante certes, mais aussi émotionnelle, comme le rappelle le directeur, Jean-François Bourgeot : «Nous aimons tous ces gens, tous ces peuples sans exception de la Méditerranée, qui trouvent le désir, le temps, l’énergie et l’argent pour construire ce témoignage collectif et singulier d’une culture vivante, jalouse de ses aspérités, de ses particularismes, de ses frasques et de ses ressacs. Une fois encore du Portugal à l’Anatolie, de Barbès à Damas, de Collioure à Jérusalem, nous allons tenter ensemble de tirer un feu d’artifice. En invitant nos amis turcs, nos plus belles frayeurs hispaniques, la sentimentalité héroïque d’Emmanuel Mouret et la mémoire du très populaire et très politique Elio Petri. Et en montrant ce qui s’est fait de bien, ces derniers mois, dans les pays du pourtour méditerranéen. Avec parfois l’aide précieuse de distributeurs français éclairés, parfois tout seuls comme des grands avec notre lampe tempête. Avec toujours, comme carburant nécessaire, votre confiance de cinéphiles curieux, attentifs, exigeants». Mais après tout, c’est aussi cela, le cinéma…


31e Cinemed - Festival Cinéma Méditerranéen Montpellier
78, av. du Pirée - 34000 Montpellier - France
Tel. +33 (0)4 99 13 73 73
info@cinemed.tm.fr
http://www.cinemed.tm.fr/


 

Antonia Naim
(26/10/2009)

mots-clés: