Le Maghreb des livres: rendez-vous annuel de l’intelligentsia et des écrivains du Maghreb | Nadia Khouri-Dagher
Le Maghreb des livres: rendez-vous annuel de l’intelligentsia et des écrivains du Maghreb Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   
Le Maghreb des livres: rendez-vous annuel de l’intelligentsia et des écrivains du Maghreb | Nadia Khouri-DagherLe 15° Maghreb des Livres, qui s’est déroulé les 7 et 8 février 2009 à Paris, s’est encore affirmé comme le rendez-vous annuel de l’intelligentsia et des écrivains du Maghreb.
Cette année, le Maghreb des livres aura réuni un public de quelque 4.000 personnes, qui se pressait dans les salons de la Mairie du 13° à Paris pour rencontrer 150 penseurs et auteurs, et les entendre dans une trentaine de débats, rencontres, cafés littéraires ou projections de films.

Cette année, étaient notamment organisés plusieurs hommages à des personnalités disparues en 2008, et dont les travaux ont considérablement influencé la pensée sur les dynamiques sociales au Maghreb. D’abord un hommage au Tunisien Mohamed Charfi, juriste et ancien Ministre de l’Education, l’un des plus éminents penseurs d’un islam moderne: le débat réunissait le Marocain Abdou Filali-Ansary, autre penseur célèbre d’un islam éclairé, et qui dirige à Londres l’Institute for the Study of Islamic Civilizations; Ahmed MAHIOU, ancien doyen de la Faculté de Droit d’Alger; Ali MEZGHANI, professeur à la Faculté de Droit de Tunis; Sophie BESSIS, directrice de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques de Paris; ainsi que Bertrand DELANOE, maire de Paris, né en Tunisie et ami de Mohamed Charfi, et qui lui a consacré un discours émouvant.

Le Maghreb des Livres a également tenu à honorer la mémoire de la grande Germaine Tillion, l’une des plus grandes ethnologues mondiales, qui vécut dans les Aurès en Algérie dans les années 30. Elle fut la première, avec son livre Le Harem et les cousins (Seuil, 1966), devenu un classique de l’ethnologie, à démontrer que l’oppression de la femme n’est pas un trait “musulman” mais méditerranéen, prenant ses sources dans la Grèce et la Rome antique: le “machisme” subi par les femmes du Maghreb est le même que celui qui s’exerce sur les femmes de Sicile ou de Corse, et n’est en aucun cas imputable à un islam qui serait rétrograde et anti-féministe par essence... De même, un hommage au grand historien Charles-Robert Ageron, qui a consacré sa vie à l’étude de l’Algérie et du Maghreb, comme nombre de savants (aujourd’hui appelés ... universitaires!) français, amoureux - et défenseurs - de ces cultures, et dont on pouvait aussi croiser un certain nombre ce week-end...

Le Maghreb des Livres, dont l’invité d’honneur était le Maroc, selon un roulement triennal, a également permis d’entendre, lors des diverses tables-rondes et rencontres, bondées le plus souvent, les intellectuels Mohamed Arkoun, professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris (certains de ses livres sur l’islam, jugés trop modernes, sont interdits en Arabie Saoudite ou en Egypte... ou en Algérie...); André Azoulay, ancien conseiller du Roi Hassan II et aujourd’hui Président de la Fondation Anna-Lindh; Abderrahmane TENKOUL, doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Fès; Benjamin STORA, co-directeur de l'Institut Maghreb-Europe à Paris VIII-St Denis; Mohamed TOZY, professeur de sciences politiques à l'université Hassan-II de Casablanca; ou encore Catherine WITHOL de WENDEN, politologue et directrice de recherches au CNRS (CERI), célèbre sur ses travaux sur l’immigration en France, et notamment, avec le regretté Rémy Leveau, pour avoir, il y a plus de 10 ans déjà, révélé aux yeux du public français l’existence d’un importante “Beurgeoisie”, titre de leur ouvrage pionnier sur cette majorité de Français d’origine immigrée et qui sont parfaitement intégrés.

On pouvait également entendre - ou voir circuler dans les travées, bondées, des salons de la Mairie du 13° arrondissement, où se déroulait la manifestation (en attendant la fin des travaux à l’Hôtel de Ville de Paris, où le MDL est accueilli - symbole politique fort de la part de la France - depuis quelques années), les plus grands noms de la littérature ou des essai sur le Maghreb, qu’ils soient maghrébins ou français: Yasmina Khadra, Azouz Begag, Abdellatif Laabi, Abdellah Taïa, Akli Tadjer, Mohamed Kacimi, Arezki Metref, Kebir Ammi, Leïla Sebbar, Camille Lacoste-Dujardin, Salim Bachi, Moncef Ghachem, Paul Balta et Claudine Rulleau, Noureddine Saadi, Hubert Védrine, Jean Lacouture, Fadéla M’rabet, Aballah Laroui, Tahar Bekri,...

Mais le plus remarquable est sans doute que cette manifestation, qui est devenue le plus important événement culturel et littéraire du Maghreb en France, est entièrement organisée... par une poignée de bénévoles ! Dirigés de main de maître par Georges Morin, et regroupés au sein d’une association: Coup de soleil. Français né à Constantine, profondément attaché à l’Algérie où il est resté après l’Indépendance, ancien professeur à l’université de Grenoble, Georges Morin a créé Coup de soleil - et le Maghreb des Livres - en 1985: “C’était deux ans après la montée du Front National lors des élections en France, et du racisme anti-immigrés; un soir dans un dîner, nous nous sommes retrouvés une quinzaine d’amis, français et maghrébins, chrétiens, musulmans, et juifs, et nous n’avons parlé que de ça. On a décidé de créer une association, et un événement pour mieux faire connaître le Maghreb en France. On voulait montrer ce que, dans le présent, la France doit au Maghreb. Et que l’intégration, ça marche. On voulait aussi rappeler aux Français un peu de leur histoire, et que tout ce que la culture française doit aux cultures d’outre-Méditerranée. Le premier Maghreb des Livres, en 1985, a eu lieu une après-midi, de 14h à 18h, dans les locaux du Centre national du livre: il y avait 100 livres, et 15 écrivains...”.

Aujourd’hui, ce qui est pour deux jours la plus grande librairie sur le Maghreb en France propose 5.000 livres en exposition (tenue par la librarie Le Divan, l’une des plus prestigieuses de Paris); Coup de soleil compte plusieurs sections régionales en France, et une dans chacun des trois pays du Maghreb; et le Maghreb des Livres est devenu le plus grand rendez-vous des intellectuels et des écrivains attachés au Maghreb, sur les deux rives, avec pour partenaires les Ministères en France des Affaires Etrangères; de la Culture; et des Affaires sociales; les Ministères de la culture dans chacun des trois pays du Maghreb; le Centre national du Livre; la Mairie de Paris; L’Acse, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances; ainsi que plusieurs médias, de TV5 monde à Télérama en passant par El Watan, Tel Quel, Réalités, Beur FM, Le Courrier de l’Atlas , ou Qantara , le magazine de l’Institut du monde arabe. Et les télévisions et radios arabes relayent largement la manifestation, jusqu’au Moyen-Orient, d’ Al Jazeera à RMC-Doualya ... Une magnifique “success story”, un hommage vibrant au Maghreb et à ses richesses culturelles, portée par un Français qui est surtout Algérien dans son coeur, et par son amour fou pour son pays natal et la culture qui l’a vu naître...

Programme détaillé, infos et adhésion à l’association: www.coupdesoleil.net


Nadia Khouri-Dagher
www.nadia-khouri-dagher.com
(13/02/2009)