Le monde à l’envers gesticule au MuCEM | MuCEM, Marie-Pascale Mallé, Frédéric Mougenot, Françoise Dallemagne, rire, dérision, transgression, Federico Fellini, Pierre Perrault, Gian Franco Mingozzi
Le monde à l’envers gesticule au MuCEM Imprimer
babelmed   

L’exposition « Le Monde à l’envers » explore le renouveau actuel des carnavals et mascarades et la fascination qu’exercent leurs représentations sur les différents publics. Cette effervescence de la pratique canavalesque, qui permet de réinventer une fête populaire traditionnelle, exprime le besoin de perpétuer un rite «ancestral » propre à chaque communauté.

Le monde à l’envers gesticule au MuCEM | MuCEM, Marie-Pascale Mallé, Frédéric Mougenot, Françoise Dallemagne, rire, dérision, transgression, Federico Fellini, Pierre Perrault, Gian Franco Mingozzi

« Le Monde à l’envers » se propose comme un voyage à travers l’imaginaire carnavalesque, éclairant un langage qui s’insinue comme une critique sociale et politique afin de « réveler, comme l’expliquent Marie-Pascale Mallé, Frédéric Mougenot et Françoise Dallemagne (commissaires de l’exposition),  les inconduites des uns ou des autres, critiquer la politique locale, régionale ou internationale, mettre en scène les peurs contemporaines pour les exorciser : du procès pour rire des carnavals de village aux grands défilés de chars de Cologne et Viareggio, de la dérision à la manifestation contestataire... À côté de la caricature des hommes politiques et de la dénonciation des scandales, petits et grands, la crise économique et financière est une source d’inspiration inépuisable, comme le montrent ici chars et costumes acquis dans des parades récentes. »

Les collections présentées

Le visiteur est invité à suivre trois grands parcours «Les masques de l’hiver ou la refondation cyclique du monde », « cacher ou révéler? Le pouvoir des masques », « En suivant la parade : la fête à l’envers ou le domaine de l’ambivalence ? ». Chacun comporte des moments d’immersion puissants et jubilatoires et des temps de réflexion sur ce que cette fête nous apprend de nous- mêmes et des sociétés contemporaines.

Les masques et costumes de carnaval forment la majorité des 349 œuvres présentées dans l’exposition. Tous sont contemporains. Les plus anciens datent du milieu du xxe siècle, la plupart ont été réalisés et portés entre 1980 et 2010. Presque la moitié des objets présentés provient des collections du MuCEM. Ils ont été collectés pendant quatre années d’« enquête-collectes » qui ont précédé la réalisation de l’exposition. Une autre moitié provient du Musée international du Carnaval et du Masque, qui a été créé en 1975 à Binche (Belgique).

Le monde à l’envers gesticule au MuCEM | MuCEM, Marie-Pascale Mallé, Frédéric Mougenot, Françoise Dallemagne, rire, dérision, transgression, Federico Fellini, Pierre Perrault, Gian Franco MingozziTemps fort « rire, dérision, transgression », les vendredi 28, samedi 29 et dimanche 30 mars

Pour fêter l’ouverture de l’exposition « Le Monde à l’envers », consacrée aux «Carnavals et mascarades d’Europe et de Méditerranée », le MuCEM invite artistes et comédiens, pen- seurs et cinéastes, à illustrer le rire, la dérision, la transgres- sion. Tout ce qui se joue, au fond, dans les pratiques carnavalesques. Le carnaval est un jeu de rôle, un grand théâtre. La compagnie L’Entreprise de François Cervantes présente une nouvelle création, autour du théâtre de masques. Le carnaval, ce moment où «tout est permis», est une invitation, voire une incitation, à la transgression.

Le MuCEM donne carte blanche à l’artiste-performeur Éric Duyckaerts, à l’écrivain Frédéric Pajak, et au psychanalyste Fethi Benslama, pour se livrer, chacun à leur manière, à un carnaval des idées ! Le carnaval est l’art de la dérision, de l’outrance, du burlesque... où l’on croise parfois quelques personnages étranges, voire monstrueux. Comme dans le cinéma de Cipri et Maresco, dont les œuvres, toujours plus satiriques et blasphématoires, ont scandalisé l’Italie.

Cycle cinéma « folles parades », depuis le 8 mars jusqu’au 27 avril 2014

Le cycle cinéma « Folles parades » offre un large choix de 33 films, en collaboration avec Documentaire sur grand écran. «Quand la transgression des rites devient rite de transgres- sion, les masques révèlent l’autre visage de la société, sa part d’ombre rieuse et ricanante, celle dont se repaît parfois le cinéma. Carnaval, fêtes, danse/transe, parade, ivresses... ces jeux de société exaltent les corps et brossent les décors d’une mise en scène déchaînée de l’inconscient collectif. Entrez dans la danse avec une trentaine de films fous. Des films rares où l’imaginaire du cinéaste a frôlé, voire franchi, la border-line, cette frontière fragile et violente entre raison et déraison. Des cinéastes de fiction : Tod Browning (Freaks, la monstrueuse parade et L’Inconnu), Marcel Camus (Orfeu Negro), Federico Fellini (Les Clowns), Charlie Chaplin (Le Cirque) ou Jean- Daniel Pollet (Pourvu qu’on ait l’ivresse)... Des cinéastes de documentaires : Jean Rouch (Les Maîtres fous), Vittorio De Seta (Pasqua in Sicilia), Gian Franco Mingozzi (La Taranta), Pierre Perrault (La Bête lumineuse), Henri Storck (Les Fêtes de Belgique), Jérôme Le Maire (Le Grand’Tour). Pourvu qu’on ait l’ivresse... » Annick Peigné-Giuly.


 

Pour en savoir plus :

www.mucem.org/fr/exposition