Le festival “Les Suds à Arles”:  un coffret cd/dvd en forme de "best-of" | Nadia Khouri-Dagher, trio Joubran, Goran Bregovic, Rocío Marquez, Christian Lacroix, Omar Sosa, Mayra Andrade, Mônica Passos, Chinoise Gong Linna, Vincent Segal, Houria Aïchi, L’Hijâz Car, Diego Amador, Rajery, Françoise Atlan, Ustad F. Wasifuddin Dagar
Le festival “Les Suds à Arles”: un coffret cd/dvd en forme de "best-of" Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   


Le festival “Les Suds à Arles”:  un coffret cd/dvd en forme de "best-of" | Nadia Khouri-Dagher, trio Joubran, Goran Bregovic, Rocío Marquez, Christian Lacroix, Omar Sosa, Mayra Andrade, Mônica Passos, Chinoise Gong Linna, Vincent Segal, Houria Aïchi, L’Hijâz Car, Diego Amador, Rajery, Françoise Atlan, Ustad F. Wasifuddin DagarLa prochaine édition du célèbre festival “Les Suds à Arles”, l’un des plus anciens et des plus importants festival de musiques du monde en France, se déroulera du 9 au 15 juillet 2012.

Pour vous donner envie de vous y rendre, et/ou vous rappeler les délicieux moments que vous avez pu y passer, un double coffret cd/dvd vient de paraître: une “Anthologie des Moments Précieux des Suds à Arles” (Co-production Les Suds à Arles/World Village-Harmonia Mundi), habillé par le couturier arlésien Christian Lacroix, “best-of” de quelques-uns des concerts magiques qui se déroulent chaque été sous les étoiles d’Arles, concentré d’émotions musicales aux couleurs du monde entier!

 

 

 



Un soir de mars dernier, se tenait dans les salles mêmes du Musée archéologique d’Arles, habitées de splendides Romains et Romaines dans leurs draperies de marbre, un concert du trio Joubran.

//Omar Sosa (photo Lionel Jarmasson)Omar Sosa (photo Lionel Jarmasson)Ce concert était le point d’orgue de la manifestation intitulée “Le Revivre les Suds”, trois journées de musique et de rencontres qu’organise depuis quelques années, à mi-temps de sa programmation annuelle, le festival de musiques du monde “Les Suds à Arles”.

Une bonne partie du public était assise par terre, entre les chaises et la scène, pour ne rien manquer du spectacle. Nombreux étaient ceux qui étaient venus entre amis, groupes qui bavardaient gaiement en attendant les artistes. Le concert fut magique, porté par les trois frères Joubran que le festival Les Suds à Arles fut l’un des premiers à programmer et a ainsi pratiquement révélés au monde entier, et qui ont désormais enregistré leurs albums auprès du label Harmonia Mundi, basé dans la même ville d’Arles.

//Mayra Andrade (photo Alexandra Do Nascimento)Mayra Andrade (photo Alexandra Do Nascimento)A l’issue de leur performance chaudement ovationnée, j’échangeai quelques impressions avec mes voisins de concert. A ma gauche, Christine était venue dans son fauteuil roulant. Agée de plus d’une cinquantaine d’années, les longs cheveux grisonnants et l’air doux, elle était venue avec son compagnon du petit village situé à 85 kilomètres d’Arles, près d’Uzès, où ils habitent, exprès pour l’occasion. “Nous venons 2 fois par an à Arles: pour Les Suds, et le Revivre”, m’expliqua-t-elle. Devant moi, Suzanne était venue avec une amie de Marignane, commune proche de Marseille, à une heure d’ici. “Depuis que j’ai découvert ce festival, il y a 7 ou 8 ans, je fais le siège! J’ai entraîné des amis. Chaque année il y a des choses énormes!”, m’expliqua-t-elle, enthousiaste. A côté, Magali, Arlésienne: “Je viens depuis le début des Suds, en 1996 - puisque je suis là! J’adore. A l’époque je travaillais et je prenais une semaine de congé en été pour assister au festival (qui se déroule en juillet, ndlr). Le Festival m’a ouvert sur le monde. Avant j’étais plutôt branchée sur les musiques anglo-saxonnes...”. Yves et Anne aussi sont Arlésiens - ou plutôt à nouveau Arlésiens, pour ces jeunes retraités de retour dans leur ville natale après une carrière professionnelle menée ailleurs en France: “Nous aussi on prenait une semaine de vacances chaque année pour assister au festival. On n’avait aucune culture musicale. Et là, on apprend. On s’est découvert une passion pour ces musiques du monde. Et on vient entre amis”.

//Rocio Marquez (photo Florent Gardin)Rocio Marquez (photo Florent Gardin)Voilà résumé l’esprit du festival Les Suds à Arles, créé en 1996, l’un des premiers festivals de musiques du monde en France, et les plus importants du pays. D’abord par sa fréquentation: 20.000 places payantes vendues et 60.000 spectateurs si l’on inclut les nombreux concerts gratuits - soit plus que le nombre d’habitants de la ville, qui en compte 50.000 - puisque les gens viennent de loin chaque année. Mais surtout parce que Les Suds à Arles, créés et portés par la passionnée Marie-José Justamond, une professionnelle de la culture, issue de la région, et qui défend autant “son” Sud que “tous les Suds” métaphoriques de la planète, régions résistant à une centralisation et une mondialisation qui nivellent et uniformisent les cultures, sont un festival défricheur de talents, qui a révélé en France, puis au monde, à l’instar des frères Joubran, quantité de talents aujourd’hui reconnus: la Cap-verdienne Mayra Andrade avait 19 ans quand, en 2004, elle se produisait à Arles pour l’un de ses premiers grands concerts, deux ans avant son premier album; l’Algérienne Souad Massi, qui allait pareillement enchaîner concerts et albums, fit de même à Arles l’une de ses premières scènes en France; le Serbe Goran Bregovic en 1999 fit aussi à Arles l’une des ses premières apparitions en France; Lo Cor de la Plana, groupe occitan qui se produit aujourd’hui jusqu’aux Etats-Unis, était quasiment inconnu quand il fut programmé par Les Suds; et l’époustouflante jeune Espagnole Rocío Marquez, programmée en 2010, et que nous avons entendue en concert dans ce qui fut l’une de ses toutes premières scènes françaises, sera probablement la révélation du chant flamenco des prochaines années...

//Gong Linna (photo Stéphane Barbier)Gong Linna (photo Stéphane Barbier)Comment préserver le souvenir de ces moments magiques que sont les concerts du festival Les Suds à Arles, qui se déroulent sous les étoiles, au Théâtre antique, ou bien sous le soleil - car les premiers concerts démarrent à 11 heures - dans d’autres lieux de cette ville chargée d’histoire et de culture? Par la magie des nouvelles technologies: le dvd et le disque! Le double album cd/dvd, intitulé “Anthologie des Moments Précieux des Suds à Arles”, édité par World Village/Harmonia Mundi, dessiné par le couturier Christian Lacroix, et qui sort en juin 2012, est ainsi, en forme de “best-of”, un concentré de quelques moments forts de ces 16 ans de festival. Les “Moments Précieux” étant ces concerts donnés à 19h, alors qu’il fait encore jour, dans la cour de l’Archevêché, concerts plus informels et plus personnels, performances en plein air où l’on entend les oiseaux, les cigales ou les enfants, comme depuis la nuit des temps quand les hommes sont réunis pour faire ensemble de la musique, moments les plus “authentiques” en somme du festival.

Le pianiste cubain Omar Sosa majestueux dans sa longue robe blanche et ses colliers d’ivoire et de bois, et maniant aussi bien un hochet traditionnel qu’une boîte à sons électronique; les Japonais facétieux du groupe Pascals, qui jouent des musiques aussi folkeuses qu’asiatiques; la fragile Mayra Andrade dont la caméra cadre le visage radieux lorsqu’elle chante et danse les rythmes joyeux de son Cap-Vert; la truculente Mônica Passos qui lève son verre de vin blanc à la santé du public puis enchaîne des onomatopées étonnantes puis une chanson en brésilien qui parle d’amour et de séduction, thèmes universels; la jeune Chinoise Gong Linna qui déploie des techniques vocales étonnantes sur de simples “tagadaï-tagadaï-tagadooo” que nous goûtons même sans comprendre un traître mot de sa langue; la kora mandingue de Ballaké Cissoko qui fascine le violoncelliste français Vincent Segal, dont le jeu sur l’instrument s’”africanise” par une toute nouvelle liberté - cordes nouées aux cordes existantes, cordes frappées, etc... - pour épouser l’esprit ancestral de ces musiques ; les Corses du groupe A Filetta, filmés comme dans un tableau de de La Tour, leurs visages et leurs mains éclairés (bravo au réalisateur François Aglalaz), et chantant un texte de Sénèque, antiquité toujours présente et toujours pertinente; l’Algérienne Houria Aïchi accompagnée d’un groupe de jeunes musiciens français, L’Hijâz Car, diplômés de conservatoire et amoureux des musiques d’Orient, et l’artiste chantant à la mode berbère sur une composition de l’un d’entre eux, Georges Dargent... : voilà quelques-uns des moments qu’offre le dvd. Le cd en offre d’autres, par l’oreille: Diego Amador, Rajery, Françoise Atlan, Ustad F. Wasifuddin Dagar...

//photo Lionel Jarmassphoto Lionel Jarmass

“J’ai assisté au concert des frères Joubran avec Mahmoud Darwich”, me racontait Christine, ma voisine de concert, ce soir de mars dernier, à Arles. “C’était un moment très fort, et le dernier concert avant sa mort, deux ou trois semaines après (Mahmoud Darwich est décédé le 9 août 2008, ndlr). Je rencontre encore des gens qui me disent: “j’y étais”. A chaque fois que je réécoute leur cd, j’ai la chair de poule...”. Si vous êtes un fidèle du festival Les Suds à Arles et voulez “revivre” certains moments qui vous ont émus; et même si vous n’êtes jamais allé à Arles mais aimez passionnément les musiques du monde et les émotions uniques qu’elles procurent lors des concerts: alors ce coffret dvd/cd est pour vous. Un superbe cadeau à offrir à ses meilleurs amis, aussi, pour les faire voyager, et leur offrir un concentré de moments plus que précieux: des moments heureux, et qui les rendront heureux, ce qui est la fonction même de la musique, depuis la nuit des temps...

 


 

Nadia Khouri-Dagher
26/06/2012

 

 

Anthologie des Moments Précieux des Suds à Arles, Co-productions Les Suds à Arles/Harmonia Mundi, World Village

 

En vente sur amazon, fnac.com, etc.

 

http://musique.fnac.com/a4162185/Compilation-musiques-du-monde-Anthologie-des-moments-precieux-des-Suds-a-Arles-Inclus-DVD-bonus-CD-album

 

 

Au programme du festival 2012 (9-15 juillet): Anoushka Shankar, El Gusto, Vincent Segal, Ba Cissoko, Tigran Hamazyan, Houria Aïchi, Lindigo, Zebda, La mal coiffée, Mawawil, etc.

 

Programme et réservations: www.suds-arles.com